Accéder au contenu principal
ONU / Côte d'Ivoire

Côte d’Ivoire : le Conseil de sécurité de l’ONU vote un renfort de 2 000 hommes

Devant le quartier général de l'Onuci à Abidjan.
Devant le quartier général de l'Onuci à Abidjan. REUTERS/ Thierry Gouegnon
Texte par : AFP
3 mn

Le Conseil de sécurité de l'ONU a voté mercredi 19 janvier l'envoi de 2 000 hommes supplémentaires en Côte d'Ivoire. Le conseil a également demandé au président sortant Laurent Gbagbo de lever le blocus du QG de son rival Alassane Ouattara, reconnu par la communauté internationale.

Publicité

Le Conseil a voté à l'unanimité de ses quinze membres l'envoi de ces renforts qui portent le total déployé en Côte d'Ivoire à quelque 11 500 hommes. Ce chiffre de 2 000 hommes est le maximum demandé par les chefs des forces de maintien de la paix, qui craignent des affrontements de plus en plus sévères avec les forces loyales à Laurent Gbagbo qui ont attaqué des véhicules de l'ONU et des casques bleus.

Laurent Gbagbo a demandé plusieurs fois le départ de l'Onuci, mais la résolution votée mardi va au contraire envoyer 2 000 renforts jusqu'au 30 juin.

Le total de 11 500 hommes comprend en outre des renforts envoyés en Côte d'Ivoire avant l'élection présidentielle le 28 novembre, qui voient leur mandat étendu. Ainsi, les 500 hommes transférés de la mission de l'ONU au Libéria resteront quatre semaines supplémentaires et 500 autres resteront jusqu'au 30 juin.

Notre dossier spécial : les défis de Ouattara

La communauté internationale reconnaît Alassane Ouattara comme le gagnant de l'élection présidentielle mais Laurent Gbagbo refuse de céder la place.

La résolution, rédigée par la France et les Etats-Unis, a été retardée de quelques jours par des négociations au Conseil de sécurité, la Russie ayant exprimé des réserves sur sa formulation « politique ».

La résolution prévoit aussi l'envoi pour quatre semaines de trois hélicoptères armés et leurs équipages et « appelle à ce que soit levé sans délai le blocus actuel autour du Golf Hôtel », QG de M. Ouattara. Elle demande aussi « l'arrêt immédiat » de l'utilisation des médias, en particulier la radio-télévision ivoirienne (RTI) « pour propager de fausses informations et pour inciter à la haine et à la violence, y compris contre l'ONU et en particulier l'Onuci ».

Le Conseil de sécurité réitère qu'il est « prêt à imposer des mesures, y compris des sanctions ciblées contre ceux qui font obstruction au travail de l'Onuci ». Il demande à toutes les parties en Côte d'Ivoire « d'assurer la liberté de mouvement de l'Onuci» et son «accès immédiat à travers tout le pays ».
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.