Accéder au contenu principal
Ouganda

Ouganda : un homme avoue le meurtre de David Kato, militant homosexuel

Sydney Nsubuga, le présumé meurtrier de l'activiste homosexuel David Kato est présenté aux journalistes au centre des medias à Kampala, le 3 février 2011.
Sydney Nsubuga, le présumé meurtrier de l'activiste homosexuel David Kato est présenté aux journalistes au centre des medias à Kampala, le 3 février 2011. AFP/ Marc Hofer
Texte par : RFI Suivre
2 mn

La police ougandaise a présenté, le jeudi 3 février 2011, aux journalistes, un suspect qui aurait avoué avoir tué, à coups de marteau, le 26 février 2010, le militant homosexuel David Kato. Selon le général Kayihura, le chef de la police, « il n'y avait rien de concret pour suggérer que le meurtre était un crime de haine ».

Publicité

Le suspect présenté le jeudi 3 février à Kampala, par le chef de la police ougandaise, est un jeune repris de justice qui avait été emprisonné dans le passé, à la suite de menus larcins.

Enoch Nsubuga aurait avoué, selon le général Kayihura, avoir frappé à coups de marteau l’activiste homosexuel David Kato au domicile de ce dernier. Il aurait trouvé le marteau par hasard dans la salle de bain, non loin du dentifrice et des brosses à dents.

Ce même marteau couvert de sang a été retrouvé par la police sur les lieux du crime, et sert aujourd’hui de principal élément de preuve. Selon la police ougandaise, le suspect aurait été invité la veille par sa victime à avoir des rapports sexuels en échange d’argent.

Enoch Nsubuga aurait assassiné David Kato par dépit, après avoir réalisé qu’’il n’obtiendrait pas la somme demandée. Le général Kayihura a pris de façon inattendue la défense de ce présumé criminel lors de la conférence de presse, en soulignant que ce dernier s’était senti victime d’une agression sexuelle de la part de David Kato.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.