Accéder au contenu principal
Afrique / Cinéma

Ouverture du Fespaco, le festival du cinéma africain le plus important

La 22e édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco)
La 22e édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) Fespaco 2011

Ce 26 février, la 22e édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco), au Burkina Faso, ouvre ses portes et présente 475 films. La compétition officielle comprend 111 films et est exclusivement réservée aux films africains et de la diaspora africaine. Dix-huit films, dont six en première mondiale, brigueront le grand prix du Fespaco. L’Etalon d’or de Yennenga, doté de dix millions de francs CFA, sera décerné le 5 mars.

Publicité

 

Cinéma d’aujourd’hui, Cinéma sans frontières diffusera en direct de Ouagadougou
Le samedi 26 février 2011, 21h10 (heure locale) :
Cérémonie d’ouverture du Fespaco, interview du délégué général Michel Ouedraogo.
Le dimanche 27 février 2011, 15h10 :
Premières images, premiers coups de cœur
Du samedi 26 février au samedi 5 mars, RFI installe son studio à Ouagadougou. Chaque jour, dans les sessions d’information et dans l’émission Culture vive, les envoyés spéciaux interviendront pour rendre compte de toute l’actualité du festival avec des reportages, des interviews et des directs. Mamane, humoriste et chroniqueur sur RFI, se produira devant le siège du Fespaco à minuit, le mardi 1er mars.

 

Des réalisateurs mondialement connus comme l’Egyptien Yousry Nasrallah avec Raconte Sherazade raconte et le Tchadien Mahamat-Saleh Haroun avec Un Homme qui crie concourent cette année dans la compétition officielle du Fespaco et affichent l’ambition de cette 22e édition. L'Afrique de l'Ouest, avec sept films, fait jeu égal avec l'Afrique du Nord. Mais de nouveaux venus comme Ribeiro Joao du Mozambique avec The last flight of the flamingo ou Jahmil X. T. Qubeka d’Afrique du Sud avec A small town called Descent, aspirent également au sacre.

Révolutions et réalisateurs

Avec les soulèvements et révolutions dans le monde arabe, certains réalisateurs se retrouvent soudainement sous les feux des projecteurs à la Biennale de Ouagadougou. L’Algérien Dahmane Ouzid présente Essaha (La place), l’Egyptien Abdel Aziz Sameh montre The wedding, le Marocain Latif Lahlou concourt avec Ad-dar lakbira (La grande villa) dans la compétition officielle. Le court-métrage tunisien Tabou de Meriem Riveill ne nous laissera pas indifférents. Etant donnée la situation actuelle en Côte d’Ivoire, Le mec idéal de l’Ivoirien Owell Brown sera certainement aussi plus qu’un simple film.

Après une quinzaine d’années d’absence, l'Egypte revient avec deux longs métrages au Fespaco et a causé quelques frayeurs aux organisateurs, révolution oblige, rapporte l’AFP. « Pendant plus d'un mois, nous sommes restés sans contact » avec les réalisateurs sélectionnés « à cause des événements là-bas », a expliqué le délégué général du Fespaco Michel Ouédraogo. Il n'a eu qu'en début de semaine la confirmation de leur présence. Cinéma et liberté : le duo devrait inspirer les festivaliers et les membres du jury, parmi lesquels la directrice des Journées cinématographiques de Carthage (Tunisie), Dora Bouchoucha. Pour Ardiouma Soma, chargé de la sélection au Fespaco, « le mouvement qui est en train de se manifester dans le monde arabe est d'ailleurs la conséquence logique de l'influence positive des images des grandes démocraties sur ces peuples ».

Cinéma africain et marchés

Parrainée par le scénariste, acteur, écrivain et grand historien congolais Elikia M'Bokolo, cette édition sera placée sous le thème « Cinéma africain et marchés ». Avec un budget de 1,5 million d’euros, largement financé par le gouvernement burkinabé et l’Union européenne, le Fespaco essaie de reconstruire le cinéma africain qui a du mal à

La 22e édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco)
La 22e édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) Fespaco 2011

s’imposer sur la scène internationale. Le cinéma africain représente actuellement seulement 3% des parts du marché mondial. Le 15e Marché international du Cinéma et de la télévision (MICA) met en relation les acheteurs et distributeurs professionnels qui affluent de toutes parts.

Dans beaucoup pays africains, nombre de salles de cinéma ont fermé. L’absence du film africain sur son propre marché s’accentue. Sur la scène internationale, le 7e art africain est très peu présent. Rien n’y fait, pour les organisateurs du Fespaco, le cinéma africain est en pleine vitalité. 475 films ont tenté leur chance alors que 300 étaient attendus. Au final, 195 œuvres ont été retenues, dont 111 en compétition dans les catégories longs et courts métrages, diaspora, TV-vidéo et documentaires, qui seront projetées dans douze salles.

Contre le « sida culturel »

En même temps, le Fespaco veut combattre la piraterie, un « sida culturel », selon les mots de Michel Ouédraogo : « La piraterie est une véritable plaie, une gangrène qu’il faut enrayer pour ne pas laminer la production cinématographique africaine. (…) Le cinéma africain marche aujourd’hui sur une seule jambe parce que la piraterie et la disparition des salles ont gangrené l’autre. Il faut faire en sorte que la deuxième jambe ne soit pas amputée totalement pour que la cinématographie ne s’écroule et ne meure définitivement », alerte-t-il.

Au-delà de la compétition, le Fespaco 2011 rendra notamment hommage au comédien malo-burkinabè Sotigui Kouyaté, disparu en 2010. Le 1 mars aura lieu l’inauguration des sculptures de bronze des réalisateurs malien, Souleymane Cissé et burkinabé Gaston Kaboré.

TITRE REALISATEUR PAYS
01 A small town called Descent Jahmil X. T. QUBEKA Afrique du Sud
02 Ad- dar lakbira (La grande villa) Latif LAHLOU Maroc
03 Da monzon, la conquête de samanyana Sidy F. DIABATE Mali
04 En attendant le vote … Missa HEBIE Burkina Faso
05 Essaha (La place) Dahmane OUZID Algérie
06 Foreign demons Faith ISIAKPERE Afrique du Sud
07 La mosquée Daoud AOULAD-SYAD Maroc
08 Le mec idéal Owell BROWN Côte d’Ivoire
09 Le poids du serment Kollo D. SANOU Burkina Faso
10 Notre étrangère Sarah BOUYAIN Burkina Faso
11 Pégase Mohamed MOUFTAKIR Maroc
12 Raconte Sherazade raconte
Yousry NASRALLAH Égypte
13 Restless city Dosunmu Andrew WAHEED Nigeria
14 The last flight of the flamingo Ribeiro JOAO Mozambique
15 The wedding Abdel Aziz SAMEH Égypte
16 Un homme qui crie Haroun Mahamat SALEH Tchad
17 Un pas en avant- les dessous de la corruption Sylvestre AMOUSSOU Bénin
18 Voyage à Alger Abdelkrim BAHLOUL Algérie

Festival Panafricain du Cinéma de Ouagadougou 2011

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.