Accéder au contenu principal
Côte d'Ivoire

Violences post-électorales en Côte d'Ivoire: le gouvernement d'Alassane Ouattara veut saisir la CPI

Jeannot Ahoussou Kouadio, ministre ivoirien de la Justice du gouvernement nommé par Alassane Ouattara.
Jeannot Ahoussou Kouadio, ministre ivoirien de la Justice du gouvernement nommé par Alassane Ouattara. Sia Kambou / AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Le gouvernement d'Alassane Ouattara, l'un des deux présidents proclamés de Côte d'Ivoire, celui que la communauté internationale a reconnu, dit avoir constitué un groupe de dix avocats français et ivoiriens chargés de préparer un dossier pour convaincre le procureur de la CPI (Cour pénale internationale) d'enquêter sur les violations des droits de l'homme dans le pays. D'après le ministre de la Justice d'Alassane Ouattara, une première rencontre a eu lieu avec le bureau du procureur il y a une dizaine de jours.

Publicité

« Il s’agit d’une lutte contre l’impunité qui s’est généralisée en Côte d’Ivoire. On tue à tout vent, on tire à la roquette sur des populations civiles aux mains nues dans des quartiers comme Abobo gare qui sont depuis plus de deux mois sous couvre-feu militaire. Nous ne pourrons pas admettre que ces violences restent impunies. C’est dans ce sens que nous demandons aux avocats de préparer un dossier techniquement bien. », déclare le ministre à RFI.

Notre dossier spécial : les défis de Ouattara

Jeannot Kouadio Ahoussou assure qu’un premier dossier avait déjà été envoyé au bureau du procureur de la CPI : « Ces avocats sont déjà allés à La Haye. Ils ont rencontré le bureau du procureur. N’oublions pas que le procureur de la Cour pénale, monsieur Moreno-Ocampo, avait déjà annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire par rapport aux attaques des éléments de l’Onuci en Côte d’Ivoire. Le bureau du procureur de la Cour pénale a demandé à ce que nous nourrissions notre dossier d’éléments suffisants. On avait déjà fourni un premier dossier, mais vous savez il faut donner l’identité des personnes assassinées, les lieux, les heures, avec plus de précisions et nous avons l’identité de ces personnes assassinées. »

Et Jeannot Kouadio Ahoussou d’affirmer : « Il y a plus de mille personnes assassinées et environ trois mille dossiers. C’est ce travail que ces avocats vont pouvoir faire et je pense qu’ils vont boucler ce dossier dans les jours à venir ».

Concernant les violences post-électorales en Côte d’Ivoire, les Nations unies avancent elles un bilan de 315 morts.

En tout cas, le ministre de la Justice du gouvernement d’Alassane Ouattara et ces avocats ont aussi rendez-vous avec la Haut Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme, mardi 1er mars, à Genève.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.