Accéder au contenu principal
RD Congo

En RDC, une résidence du président Kabila attaquée par des hommes armés

Le président congolais, Joseph Kabila.
Le président congolais, Joseph Kabila. (Photo : Wikipédia)
Texte par : RFI Suivre
1 mn

Pour les autorités de Kinshasa, il s’agit d’une tentative de coup d’Etat avorté. Une résidence du président congolais Joseph Kabila, à Kinshasa, a été attaquée ce dimanche 27 février 2011 par des hommes armés non identifiés dont six ont été tués par la garde républicaine qui patrouillait dans le quartier. Le calme est revenu sur place.

Publicité

En début d’après-midi, un commando décide d’attaquer le quartier GLM où est située la résidence du président Joseph Kabila. Lourdement armés, selon le porte-parole du gouvernement,  munis d’armes de guerre, de flèches et de machettes -selon d’autres sources-, les hommes se heurtent à la première barrière de la garde républicaine. Il y a des échanges de tirs et des morts de part et d’autre. Six ou sept morts au total, selon des sources contactées par RFI.

Quelques assaillants sont faits prisonniers. Près d’une heure après, une longue file de 4 x 4, précédée de motards, semblable au cortège présidentiel, roule sur l’avenue de la Justice en direction du quartier GLM. D’autres tirs sont signalés vers la base logistique du camp Kokolo.

Au milieu d’un match de football, le porte-parole du gouvernement apparaît à la télévision nationale. Lambert Mendé reconnaît l’attaque du quartier résidentiel du chef de l’Etat, dénonce des rumeurs et met en garde contre les auteurs de celles-ci.  Il n’y a pas de couvre-feu décrété dans la ville.

En 2004, un autre commando avec à sa tête le major Eric Lenge de l’ex-GSSP (Groupe Spécial de Sécurité Présidentielle) avait tenté d’attaquer la même résidence du président Kabila.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.