Accéder au contenu principal
Côte d'Ivoire

L’armement des camps rivaux en Côte d’Ivoire inquiète l’ONU

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, demande une réunion d'urgence sur la Côte d'Ivoire.
Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, demande une réunion d'urgence sur la Côte d'Ivoire. Reuters/Tobias Schwarz
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a appelé lundi 28 février à une réunion d'urgence du Conseil de sécurité pour examiner la situation en Côte d'Ivoire. L'appel du secrétaire général intervient à la suite d'informations faisant état de la livraison de trois hélicoptères d'attaque en provenance du Bélarus et de matériel d'appui à Yamoussoukro, destinés aux forces du président ivoirien sortant Laurent Gbagbo.

Publicité

Notre dossier spécial : les défis de Ouattara

Selon le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki moon, 3 hélicoptères d’attaque et du matériel d’appui sont en cours de livraison. D’après ses informations, l’aéroport de Yamoussoukro, moins surveillé que celui d’Abidjan, sert de point de déchargement et les premières livraisons sont intervenues dimanche soir.

Déjà accusé par le passé d’avoir violé l’embargo sur les armes à destination de la Côte d’Ivoire, le Bélarus dément toute fourniture de matériel militaire aux Forces de défense et de sécurité ivoiriennes. Dans le camp de Laurent Gbagbo, même si plusieurs responsables de la sécurité ont, ces dernières semaines, effectué des voyages notamment en Angola, on réfute également ces accusations.

« Nous sommes un pays respectueux du droit, nous ne violons pas l’embargo. En revanche l’ONU ne dit rien sur les arrivées d’armes à Bouaké en provenance du Nigeria et du Burkina Faso » affirme une source haut placée dans le dispositif sécuritaire de Laurent Gbagbo.

Selon des sources indépendantes, dans les faits, les deux forces militaires en présence s’arment, tout le monde se prépare à une confrontation directe mais personne ne veut le reconnaître.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.