Accéder au contenu principal
Cinéma / 22e Fespaco

Fespaco 2011 : En attendant le vote… Missa Hébié «va au fond»

"En attendant le vote", un film de Missa Hébié, Burkina Faso, 2010, 100’   Compétition officielle Fespaco 2011
"En attendant le vote", un film de Missa Hébié, Burkina Faso, 2010, 100’ Compétition officielle Fespaco 2011 Clap noir
Texte par : RFI Suivre | AFP
7 mn

Prix RFI du public au Fespaco 2009 avec son long métrage Le fauteuil, le Burkinabè Missa Hébié brigue cette année le grand prix, l'Etalon d'or de Yennenga, avec En attendant le vote..., adaptation d'un roman de l'Ivoirien Ahmadou Kourouma et saisissant portrait d'un dictateur africain. Le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) se termine ce samedi 5 mars.

Publicité

Ecouter l’entretien avec Missa Hébié, réalisateur du long métrage « En attendant le vote… »

« Dans toute œuvre, surtout cinématographique, il faut essayer d’aller au maximum au fond. J’ai essayé d’allier modernisme et tradition. Ahmadou Kourouma est un grand traditionaliste et je crois que j’ai fais honneur à lui en associant les deux. » Missa Hébié a intitulé son long métrage En attendant le vote... Le réalisateur burkinabè reprend fidèlement l'œuvre, publiée en 1998, de l'écrivain ivoirien Ahmadou Kourouma, mort en 2003, qui reste l'une des grandes voix de la littérature africaine récente.

Barou Oumar Ouédraogo, comédien célèbre au Burkina, campe avec conviction le Maréchal Président Koyaga, victime d’un attentat et dictateur de la République du Golfe, un pays imaginaire, qui durant six veillées reçoit les hommages de ses griots sans percevoir les féroces critiques que les flatteries dissimulent.

Adapter Ahmadou Kourouma

Le film a été réalisé avec seulement un quart de son budget prévisionnel, a déclaré Hébié, qui refuse toutefois de lier les difficultés de financement au thème abordé. « C’était très dure. Cela fait sept ans que je porte ce projet dans mes tripes. D’abord, adapter Ahmadou Kourouma, ce n’est pas une chose facile, mais, je pense, nous l’avons réussi. Ensuite, trouver des moyens, les comédiens, le décor, tout ce qu’il faut faire pour réussir un film. »

Le Burkinabè Missa Hébié brigue cette année le grand prix, l'Etalon d'or de Yennenga, avec son long métrage "En attendant le vote..."
Le Burkinabè Missa Hébié brigue cette année le grand prix, l'Etalon d'or de Yennenga, avec son long métrage "En attendant le vote..." clap noir

Le héros du film comme celui du livre fait beaucoup penser à Gnassingbé Eyadéma, qui régna sans partage sur le Togo et auquel Ouédraogo ressemble d'ailleurs fortement. Mais le réalisateur repousse les références. « Je ne fais pas d'allusion. Je ne critique personne. J'ai fait un film pour l'Afrique, je n'ai pas fait ce film pour un pays particulièrement. Chaque cinéphile déduit, conclut comme il veut. »

Le réalisateur se montre conscient que les événements en Tunisie, Egypte, Libye donnent à son film un écho différent. « Je suis très conscient du message de ce film. Cela tombe à pic. C’est une coïncidence. Nous travaillons depuis sept ans sur ce projet et on ne savait pas ce qui se passe aujourd’hui allait arriver. D’aucuns diront que nous sommes visionnaires. Si c’est le cas, c’est bien. »

Les séries télé

Avant la sortie de son film à succès Le fauteuil en 2009, Missa Hébié s'est fait un nom surtout grâce aux séries télé. Entre 2001 et 2008, il a réalisé plusieurs séries à succès, Sita, Commissariat de Tampy et L’as du lycée. A travers le continent, le public se prend de passion pour ces petites histoires interprétées par des comédiens confirmés ou amateurs, collant au quotidien et évoquant les problèmes sociaux comme le mariage, la succession, la sorcellerie ou des sujets politiques ou économiques comme la corruption et le chômage.

Festival Panafricain du Cinéma de Ouagadougou 2011

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.