Accéder au contenu principal
Côte d’Ivoire

Plusieurs femmes tuées lors d’une manifestation pro-Ouattara en Côte d’Ivoire

Des maniffestants pro-Ouattara expriment leur colère après les nouvelles violences de ce jeudi 3 mars 2011, à Abidjan.
Des maniffestants pro-Ouattara expriment leur colère après les nouvelles violences de ce jeudi 3 mars 2011, à Abidjan. AFP
Texte par : RFI Suivre
4 mn

En Côte d'Ivoire, de nouvelles violences ont éclaté ce jeudi 3 mars 2011 à Abobo, fief d’Alassane Ouattara dans l’agglomération d’Abidjan. Une marche de femmes qui manifestaient en sa faveur a été dispersée à balles réelles par les forces de l’ordre. La mission de l’ONU (Onuci) estime à 50 le nombre de personnes tuées en une semaine dans le pays.

Publicité

C’est sur la voie express, près du carrefour dit « du Banco », que la manifestation des femmes en soutien à Alassane Ouattara a été dispersée par les forces de défense et de sécurité. Elles ont ouvert le feu sur le rassemblement, faisant « au moins six morts » et « beaucoup de blessés, certains par balles et d’autres victimes de la bousculade », rapporte l’Agence France-Presse sur la foi de témoignages qu’elle a recueillis.

L’agence de presse Reuters avance, elle, le chiffre de « dix morts », toujours selon des témoins. A l’Hôtel du Golf, on affirme à RFI que le bilan est de « huit morts ». Pas encore de bilan en revanche du côté du gouvernement de Laurent Gbagbo qui était réuni en Conseil des ministres au moment des faits.

Je suis tombé effectivement sur les chars des Forces de défense et de sécurité qui ont immédiatement ouvert le feu sur les femmes.

Mamadou, habitant du quartier d’Abobo

Ce nouvel embrasement d’Abobo met fin, en tout cas, à une période d’accalmie de trois jours, étant rappelé que ce fief d’Alassane Ouattara avait été, la semaine dernière, le théâtre de violents affrontements à l’arme lourde entres Forces de défense et de sécurité (FDS) et partisans d’Alassane Ouattara.

Le Haut commissaire aux droits de l'homme s'est dit « extrêmement préoccupé » par l'escalade de la violence en Côte d’Ivoire. Les Etats-Unis ont accusé Laurent Gbagbo de « faillite morale », à la suite des incidents de ce jeudi. Ces nouvelles victimes ne figurent pas dans un bilan de l'ONU qui fait état de cinquante personnes tuées au cours de la semaine écoulée en Côte d'Ivoire, portant à 365 le nombre de morts depuis mi-décembre.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.