Accéder au contenu principal
Libye

Raids aériens tous azimuts contre les forces de Kadhafi

Avions de combat Rafale à bord du porte-avions Charles-de-Gaulle en mars 2011.
Avions de combat Rafale à bord du porte-avions Charles-de-Gaulle en mars 2011. Reuters/ECPAD/Marine nationale/Cyril Davesne/Handout
Texte par : RFI Suivre
6 mn

Au sixième jour de l'intervention militaire de la coalition en Libye, les raids aériens se multiplient. Ainsi, des opérations ont été menées par la coalition notamment sur la ville de Sebha depuis mercredi soir, 23 mars 2011. Il s'agit du fief de la tribu de Mouammar Kadhafi, située dans le sud du pays et qui abrite une base aérienne. Des opérations ont également eu lieu sur une base militaire de Tripoli. De son côté, l'Organisation internationale des migrations a rappelé que 800 000 ressortissants étrangers se trouvaient toujours en Libye.

Publicité

C'est une base arrière du régime qui a notamment été visée ces dernières heures. Sebha, la grande ville du Sud, est un fief de la tribu des Gadaffa fidèle à Mouammar Kadhafi. Un habitant parle de raids intensifs et un témoin que RFI a pu avoir au téléphone affirme que l'aéroport de Sebha aurait été visé.

Des raids ont aussi été menés la nuit dernière aux abords de Tripoli. En début de soirée, une forte explosion a été entendue sur une base de l'armée de terre vers Tajoura, dans la banlieue-est de la capitale, suivis par des tirs de la défense antiaérienne. L'agence officielle libyenne, Jana, a accusé la coalition d'avoir visé un quartier résidentiel et d'avoir tué un nombre important de civils. D'ailleurs, ce matin du 24 mars aux aurores, le gouvernement libyen a emmené des journalistes accrédités dans un hôpital de Tripoli pour leur montrer des cadavres présentés comme des victimes des raids de la coalition, mais sans aucune preuve...

Hôpital bombardé

L'hôpital n'est pas endommagé mais on manque de médicaments, de personnel, d'espace.

Bombardement d'un hôpital à Misrata : témoignage d'un porte parole des insurgés

Plus à l'est, la coalition est aussi intervenue de nouveau aux abords de Misrata hier soir, mercredi. Plusieurs chars ont été bombardés sur la route qui mène à la troisième ville du pays. Mais les tanks sont toujours dans la ville, ce jeudi, en plein centre ; la coalition semble ne pas vouloir prendre le risque de tuer des civils. Selon les insurgés, les forces pro-Kadhafi ont bombardé le principal hôpital de Misrata. Le vice-ministre libyen des Affaires étrangères a démenti et il est impossible de vérifier de source indépendante.

Enfin on a appris que l'aviation française était intervenue dans la nuit contre une base aérienne libyenne « dans les terres » à 250 km au sud des côtes, à l'aide de missiles Scalp. Le porte-parole de l'état-major n'a pas donné de précision sur la localisation exacte de la base en question. Il a tout de même indiqué que l'opération avait eu lieu loin de Benghazi où la France intervenait jusqu'à présent.

La base d'Al Jufra est l'objectif le plus lointain qui ait été attaqué par rapport à Benghazi.

Le colonel Thierry Burkhard, porte-parole de l'état-major des armées

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.