Benin / Présidentielle

Présidentielle au Bénin: les candidats déposent des recours

La page d'accueil du site internet de la Cour constitutionnelle au Bénin.
La page d'accueil du site internet de la Cour constitutionnelle au Bénin. Cour constitutionelle du Bénin

Au Bénin, les candidats avaient jusqu'au 25 mars 2011 pour déposer leur recours devant la Cour constitutionnelle. Boni Yayi le chef de l'Etat a déposé une requête pour rectifier des résultats en sa faveur. Les deux principaux candidats de l'opposition aussi. Ainsi, Abdoulaye Bio Tchané et Adrien Houngbédji veulent faire annuler le scrutin. Face à la situation de crise l'inquiétude gagne l'ONU qui veut éviter une situation à l'ivoirienne.

Publicité

Achat des consciences, bulletins pré estampillés, votes multiples. Les candidats de l'opposition dénoncent surtout la création de bureaux de vote fictifs. « Au soir du scrutin, écrit Abdoulaye Bio Tchané, nous avons constaté que les plis envoyés à certaines commissions électorales départementales dépassent le nombre de bureaux de vote régulièrement créés ».

L'opposant cite des exemples dans le Borgou, un des fiefs de Boni Yayi : 166 plis au lieu de 134 pour la ville Kalalé, 381 au lieu de 375 pour Parakou, 287 plis au lieu de 253 pour Tchaourou.

Adrien Houngbédji fait le même constat. Il estime à plus de 400, le nombre de bureaux fictifs, ce qui fait « plus de 140 000 voix qui ont été par ce truchement selon lui, frauduleusement portées au crédit du candidat Boni Yayi ». Il faut savoir que pour l'instant, Boni Yayi n'a qu'une marge de quelque 90  000 voix au-dessus de la barre des 50 %.

Par ailleurs, les candidats de l'opposition, dénoncent la transmission, hors délais, de cantines non scellées du département de l'Alibori et du Borgou, les deux fiefs du chef de l'Etat. Pour Adrien Houngbédji, tous ces suffrages devraient donc être annulés.

La Cour constitutionnelle a désormais dix jours pour trancher et publier les résultats définitifs. Selon une source de la Cour constitutionnelle, l’instance judiciaire a également reçu trois autres recours émanant de simples citoyens qui ne sont pas candidats.

Il faut surtout en appeler aux uns et aux autres pour faire preuve de retenue et de trouver des issues et des solutions pacifiques.

Saïd Djinnit, représentant spécial du secrétaire général de l'ONU pour l'Afrique de l'Ouest

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail