Côte d'Ivoire

Situation toujours bloquée en Côte d'Ivoire

Les rues vides du quartier du Plateau à Abidjan, dimanche 3 avril 2011 en fin de journée
Les rues vides du quartier du Plateau à Abidjan, dimanche 3 avril 2011 en fin de journée REUTERS/Luc Gnago
Texte par : RFI Suivre
8 mn

Après trois jours de violents affrontements, les combats en Côte d'Ivoire ont baissé d'intensité hier dimanche à Abidjan. Le couvre-feu a été prolongé jusqu'a ce lundi matin 4 avril 2011. Depuis l'offensive éclair des forces pro-Ouattara sur la capitale économique la semaine dernière, la situation est toujours dans l'impasse. Sur le plan du rapport de forces, Laurent Gbagbo a marqué un point. Le chef d'état-major de son armée, le général Philippe Mangou, dont la défection avait frappé les esprits, aurait rencontré le président sortant à sa résidence.

Publicité

Avec notre envoyé spécial

Philippe Mangou a demandé à rencontrer le président de la République

Ahoua Don Mello

Laurent Gbagbo est peut être engagé dans une bataille impossible à gagner mais il n’a pas encore tiré ses dernières cartouches. Plus les jours passent, plus le chef de l’Etat sortant montre ses capacités de résistance.

Hier dimanche, à la surprise générale, le chef d’état-major des armées, le général Philippe Mangou, qui ces derniers jours s’était réfugié à la résidence de l’ambassadeur d’Afrique du Sud, est revenu dans son giron.

La réapparition de Charles Blé Goudé

Cette opération s'achèvera rapidement

Guillaume Soro

Charles Blé Goudé, qui lui aussi était invisible depuis le début de l’offensive des Forces républicaines sur Abidjan, a fait sa réapparition sur la RTI.

A l’instar de tous les leaders de la galaxie patriotique qui l’avaient précédé, le chef emblématique des jeunes patriotes a lancé un appel à la mobilisation de tous les partisans de Laurent Gbagbo, leur demandant notamment d’aider l’armée dans ses opérations de ratissage.

Se gardant bien de ne pas franchir certaines lignes rouges, Charles Blé Goudé a repris les arguments déjà développés par tout l’entourage de Laurent Gbagbo : la Côte d’Ivoire est engagée dans une guerre contre le reste du monde et les soldats pro-Ouattara opèrent avec la complicité de l’Onuci et de la France.

Du côté des Forces républicaines, l’attaque pour déloger Laurent Gbagbo du pouvoir était hier en préparation. Massées pour l’essentiel au nord d’Abidjan, ces forces sont également présentes dans plusieurs quartiers du sud de la ville. Après avoir attendu en vain une action des casques bleus pour détruire l’armement lourd du camp adverse, Guillaume Soro assure qu’au terme des opérations de harcèlement, les FRCI vont très bientôt lancer leur assaut final.


Pour les Abidjanais, la vie quotidienne est de plus en plus impossible. La nourriture et l'eau viennent à manquer. Et la plupart du temps ils n'ont plus de courant non plus, comme l'explique Adama, un habitant du quartier de Treichville.

Quand on sort pour aller dans les boutiques ils sont derrière nous et ils tirent

Témoignage d'un habitant de Treichville

Ce climat tendu qui règne à Abidjan inquiète dans tout le pays. Chacun connaît quelqu'un resté sur place. Et depuis quelques jours, il est très difficile d'avoir des nouvelles. C'est le cas pour Yvonne Kwamé, responsable de l'association des femmes de la Société civile à Yamoussoukro.

Que les fusils se taisent !

Yvonne Kwamé

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail