Accéder au contenu principal
Libye / Union africaine

Libye : Mouammar Kadhafi accepte la «feuille de route» de l'Union africaine

Mouammar Kadhafi (d) reçoit dans sa tente des membres de la délégation de l'Union africaine. A ses côtés sur la photo, le président sud-africain Jacob Zuma (g) et congolais Denis Sassou Nguesso (2e à g)
Mouammar Kadhafi (d) reçoit dans sa tente des membres de la délégation de l'Union africaine. A ses côtés sur la photo, le président sud-africain Jacob Zuma (g) et congolais Denis Sassou Nguesso (2e à g) REUTERS
Texte par : RFI Suivre
6 mn

Dans la soirée de ce dimanche 10 avril 2011, Jacob Zuma a affirmé que le pouvoir de Mouammar Kadhafi avait accepté la «feuille de route» proposée par l'Union Africaine afin de trouver une issue pacifique au conflit. Mouammar Kadhafi a reçu ce dimanche la délégation de présidents mandatés par l'Union africaine ; celle-ci se rendra lundi 11 avril à Benghazi afin de rencontrer le Conseil national de transition.

Publicité

Mouammar Kadhafi a reçu ce dimanche sous sa tente à Tripoli la délégation de présidents mandatés par l'Union africaine pour tenter de faire cesser les combats dans le pays. La délégation est composée des présidents Jacob Zuma (Afrique du Sud), Amadou Toumani Touré (Mali), Mohamed Ould Abdel Aziz (Mauritanie) et Denis Sassou Nguesso (Congo), ainsi que du ministre ougandais des Affaires étrangères, Henry Oryem Okello.

Réunis samedi à Nouakchott, les médiateurs avaient réaffirmé les objectifs de leur mission : la «cessation immédiate de toutes les hostilités», l'acheminement de l'aide humanitaire et l'ouverture d'un dialogue entre le régime et l'insurrection.

Le président Jacob Zuma est partie prenante à cette délégation de chefs d'Etat mandatés par l'Union africaine afin d'essayer de mettre les autorités libyennes - et en particulier Mouammar Kadhafi en personne - sur la voie d'une solution pacifique au conflit. Du point de vue de l'Union africaine, et comme elle l'a déjà dit, il s'agit de trouver une solution pacifique aux conflits car il est illusoire de penser qu'une guerre peut constituer la solution à une crise... Je ne peux pas dire qu'ils discuteront du fait que Kadhafi doit partir ou rester. Je pense que leur approche globale est différente... Chacun doit déposer les armes, et ensuite chacun doit s'asseoir pour entamer les discussions.

«Chacun doit déposer les armes et ensuite chacun doit s'asseoir pour entamer les discussions»

Pour le Conseil national de la transition le départ de Mouammar Kadhafi est un préalable

Difficulté de la tâche des médiateurs : le CNT refuse tout compromis qui laisserait Mouammar Kadhafi au pouvoir.

Le Conseil national de la transition a assuré que la délégation serait reçue avec tout le respect mérité, mais sur la place de la Liberté à Benghazi, les révolutionnaires n’attendent pas grand-chose de cette visite : ‘c’est trop tard ! d’accord pour une solution politique mais la condition c’est le départ de Mouammar Kadhafi et de ses fils hors de Libye: ….’

A Benghazi, dans l'attente de la visite des médiateurs de l'Union africaine

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.