Accéder au contenu principal
République centrafricaine

Polémique autour de la mort de l’ancien président Ange-Félix Patassé

Ange-Felix Patassé, à Bangui, le 23 janvier 2011.
Ange-Felix Patassé, à Bangui, le 23 janvier 2011. AFP / PATRICK FORT
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En Centrafrique, 4 jours après le décès d'Ange-Félix Patassé, ses partisans ont accusé l'actuel chef de l'Etat d'être « personnellement responsable de sa mort ». Selon eux, François Bozizé aurait empêché Patassé d'aller se faire soigner en Guinée-Equatoriale. L'entourage du défunt refuse que des funérailles officielles soient organisées, et menace les autorités de poursuites judiciaires pour « non-assistance à personne en danger ». Mais le pouvoir estime n'être pour rien dans la mort d'Ange-Félix Patassé.

Publicité

La polémique s’est installée autour des conditions de la mort de l’ancien président Ange-Félix Patassé.

Le président François Bozizé est : « personnellement responsable du décès de son illustre prédécesseur pour l’avoir empêché pendant trois semaines, de partir se faire soigner à Malabo », ont accusé les proches de l’ancien président.

Ces derniers se disant en accord avec la famille, s’opposent à des obsèques officielles, et souhaitent que le président Bozizé, son gouvernement, son cabinet, sa famille ainsi que son parti, ne prennent pas part à ses obsèques.

Ces arguments sont balayés d’un revers de main par le gouvernement. Selon son porte-parole, Fidèle Ngouandjika, il s’agit d’une instrumentalisation à des fins politiques, des obsèques d’Ange-Félix Patassé par l’opposition, dans le but de provoquer des troubles.

Le porte-parole rappelle que les anciens présidents David Dako, André Kolimgba et l’ex-vice-président Abel Goumba, ont eu droit à des obsèques officielles, et ce sera la même chose pour Ange-Félix Patassé qui est un patrimoine national.« Le gouvernement va prendre ses responsabilités, a-t-il dit, un comité d’organisation est en place, des dispositions sont en train d’être prises en concertation avec ses propres enfants, pour le rapatriement de la dépouille mortelle ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.