Accéder au contenu principal
Côte d'Ivoire / Politique

Côte d'Ivoire : Charles Konan Banny pressenti pour diriger la commission «Vérité, dialogue et réconciliation»

Le président de la Côte d'Ivoire Alassane Ouattara et l'ancien Premier ministre Charles Konan Banny (D) pressenti pour prendre la direction de la Commission Vérité, 1er mai 2011.
Le président de la Côte d'Ivoire Alassane Ouattara et l'ancien Premier ministre Charles Konan Banny (D) pressenti pour prendre la direction de la Commission Vérité, 1er mai 2011. Reuters/Thierry Gouegnon
Texte par : RFI Suivre
9 mn

Au premier jour de la visite en Côte d'Ivoire du «comité des anciens» composé de Desmond Tutu, Koffi Annan et Mary Robinson, Alassane Ouattara a annoncé son intention de nommer Charles Konan Banny, ancien Premier ministre, à la tête de la future commission « Vérité, dialogue et réconciliation ». Portrait et analyse.

Publicité

Avant d’être nommé Premier ministre en 2005, Charles Konan Banny avait derrière lui une très longue carrière de banquier. Trente ans sans interruption...

Charles Konan Banny, un banquier devenu politique

Son bilan de Premier ministre est dans l'ensemble considéré comme mitigé, sa formation d'économiste ne le prédisposait pas à cette mission et pourtant un consensus s'est dégagé autour de son nom. Plusieurs raisons expliquent ce choix. D'abord, la personnalité de Charles Konan Banny. L'homme est connu pour être un conciliateur, disposant d'amis dans toutes les familles politiques ivoiriennes.

Ensuite, dans le contexte actuel où les plus hautes fonctions de l'Etat, présidence de la République, de l'Assemblée nationale, Primature, sont occupées par des hommes du nord, Alassane Ouattara se devait de donner rapidement un poste de prestige à une personnalité issue d'une autre région que la sienne.

Baoulé, natif de Divo, une région favorable à Laurent Gbagbo, marié à une femme du Nord, Charles Konan Banny représente par ailleurs à merveille la société ivoirienne et ses mélanges inter-communautaires.

Enfin ce choix d'Alassane Ouattara répond à des impératifs politiques. Pour entretenir la confiance avec le PDCI, le chef de l'Etat a déjà nommé plusieurs personnalités proches de l'ex-parti unique à la tête d'institutions ou de sociétés publiques.

Avec Charles Konan Banny, le jeu semble plus subtil. L'ancien Premier ministre est un cacique du PDCI, mais aussi un rival de Henri Konan Bédié. Selon plusieurs observateurs, en lui offrant ce poste, Alassane Ouattara vient à la fois de freiner ses ambitions à court terme et de lui ouvrir des portes pour l'avenir si sa nouvelle mission venait à être couronnée de succès.

Le comité des «Anciens» en visite à Abidjan

Le chef de l’Etat ivoirien recevait ce dimanche la délégation des «Anciens» ou «sages». Ceux-ci, après une séance de travail à l’Hôtel du Golf et un déjeuner, ont livré chacun leurs premières impressions. Ils sont attendus ce lundi 2 mai à Korhogo. Verbatim.

Nous sommes venus pour soutenir la réconciliation et la reconstruction du pays… Vous avez vécu une expérience difficile, il faut travailler ensemble à reconstruire le pays...

Kofi Annan, ancien secrétaire général des Nations unies

Dans un conflit, nous savons bien que ce sont les femmes et les enfants qui souffrent le plus… Je suis impressionnée par le courage et l'indépendance des femmes et c’est important qu'elles soient à tous les niveaux de responsabilité…

Mary Robinson, ancienne Haut commissaire des Nations unies aux réfugiés et ancienne présidente de la République d'Irlande

Nous avons été très impressionnés par l’attitude du président Ouattara et de ses ministres, qui ont pris l’engagement d’assurer la guérison de cette Nation. Et nous sommes venus en tant qu' «Anciens», en tant que sages, pour encourager la guérison de ce beau pays...

Desmond Tutu, archevêque sud-africain et prix Nobel de la Paix

 

 

 

 

 

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.