Sénégal

Le ministre sénégalais de la Justice démissionne dans un contexte de crise

Palais de justice de Dakar, Sénégal.
Palais de justice de Dakar, Sénégal. Laurent Correau / RFI

Au Sénégal, le ministre de la Justice, Cheikh Tidiane Sy, a démissionné de ses fonctions. L’annonce a été faîte jeudi 5 mai 2011 au soir sur la télévision publique. Aucune raison officielle n’a été annoncée. Mais sa démission coïncide avec un mouvement de grève des magistrats et une série de dossiers remettant en question le système judiciaire.

Publicité

Près de onze mois après sa nomination au ministère de la Justice, Cheikh Tidiane Sy démissionne de son poste dans un contexte de crise du système judiciaire.

Les magistrats, par exemple, ont entamé un mouvement d’humeur depuis lundi pour réclamer l’indépendance de la justice. « Nous ne voulons plus d’immixtion du pouvoir exécutif dans le pouvoir judicaire », déclare Abdoulaye Ba, le président de l’union des magistrats du Sénégal, joint par RFI. « Nous voulons une justice crédible, poursuit-il, que l’impunité cesse et que les magistrats du parquet puissent avoir leur indépendance ».

Dernière affaire en date : le second procès des chantiers de Thiès, dans laquelle l’indépendance du parquet a été récemment remise en question.

L’opposition, qui ne s’attendait pas à ce départ, partage la même opinion que les magistrats et lie aussi cette démission à une crise du système. « Aucun dossier n’a été jugé de manière indépendante, que ça soit des affaires de mœurs, de corruption et de blanchiment », explique Abdoulaye Bathily, le secrétaire général de la Ligue démocratique.

Enfin, c’est la crédibilité même de Cheikh Tidiane Sy qui avait été entamée le 19 mars dernier, lorsque le ministre était monté au créneau à la télévision publique, pour dénoncer « un complot visant à la réalisation d’un coup d’Etat », qui aurait été fomenté par des jeunes de l’opposition. Quelques jours plus tard, la position officielle change et le gouvernement se rétracte, annonçant qu’il n’était pas possible « de dire avec certitude qu’il s’agissait d’un complot ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail