Ligue arabe

L'Egyptien Nabil al-Arabi élu à la tête de la Ligue arabe

Le ministre des Affaires étrangères égyptien,  Nabil al-Arabi, s'est imposé depuis le renversement du président Moubarak comme l'artisan de la nouvelle diplomatie égyptienne.
Le ministre des Affaires étrangères égyptien, Nabil al-Arabi, s'est imposé depuis le renversement du président Moubarak comme l'artisan de la nouvelle diplomatie égyptienne. REUTERS/Amr Abdallah Dalsh

Le ministre égyptien des Affaires étrangères, Nabil al-Arabi, est le nouveau chef de la Ligue arabe. Il était le seul en lice pour la direction de cette institution. Son unique rival, le Qatarien Abderrahmane al-Attiya, avait retiré sa candidature plus tôt. Les ministres arabes des Affaires étrangères s'étaient réunis ce dimanche 15 mai 2011 au Caire pour évoquer la succession de l'actuel dirigeant, dans un contexte très tendu dans les pays arabes.

Publicité

Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

Nabil al-Arabi est surnommé le diplomate de la révolution égyptienne. Ce diplomate de carrière a, en effet, utilisé ses talents et son expérience pour servir de médiateur entre les révolutionnaires du 25 janvier et le gouvernement égyptien. Une médiation qui a facilité la passation pacifique du pouvoir.

Agé de 76 ans, cet avocat de formation a notamment été le représentant de l’Egypte aux Nation unies et juge à la Cour internationale de justice. Depuis sa nomination à la tête de la diplomatie égyptienne il y a deux mois à peine, il a réussi lui faire changer de cap. L’Egypte n’est plus, comme le lui reprochait les révolutionnaires, « le valet des Américains » et « l’allié tacite d’Israël ».

Nabil al Arabi a, en effet, réussi l’exploit de la réconciliation entre les frères ennemis de Palestine : le Fatah et le Hamas. Une réconciliation qui n’était pas tout à fait au goût des Etats-Unis et surtout d’Israël. Il a d’ailleurs haussé le ton à l’égard de l’Etat hébreux, le mettant en garde contre toute opération contre Gaza. Gaza à qui il a promis une ouverture permanente des frontières avec l’Egypte. Reste à savoir s’il saura conduire la Ligue au milieu des tempêtes arabes comme l’avait fait son prédécesseur Amr Moussa.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail