Maroc

Au Maroc, la police a dispersé plusieurs manifestations

Des Marocains manifestent pour réclamer davantage de démocratie et de justice sociale, à Rabat, le 20 mars 2011.
Des Marocains manifestent pour réclamer davantage de démocratie et de justice sociale, à Rabat, le 20 mars 2011. Reuters/Stringer
Texte par : RFI Suivre
2 mn

La police marocaine a dispersé le 22 mai, à Casablanca et Rabat, plusieurs centaines de jeunes du Mouvement du 20 février qui revendiquent des réformes politiques profondes. C'est la quatrième fois que ces jeunes appellent à des manifestations dans plusieurs villes du Maroc, pour demander des réformes politiques, notamment une limitation des pouvoirs du roi Mohammed VI. Ces manifestations interviennent à moins d'un mois de la date à laquelle une commission remettra au roi les propositions d'une prochaine réforme constitutionnelle, dont le contenu sera soumis à l'approbation du peuple par référendum. 

Publicité

A Casablanca, le rassemblement aura été de très courte durée. Vingt minutes à peine

après que les premières personnes se soient retrouvées dans un quartier populaire de la capitale économique, la police a dispersé, Coups de matraque, course poursuite dans les rues adjacentes. Des centaines de jeunes ont fui pour tenter de se rassembler ailleurs. Impossible. A chaque fois les forces anti-émeute étaient là pour tout empêcher.

Au final, selon le Mouvement du 20 février, organisateur de ces manifestations, quinze personnes ont été blessées et quatorze arrêtées, à Casablanca. Même scénario à Agadir, Tanger ou encore Rabat où quatorze personnes auraient été arrêtées aussi.

Quatre mois après le début des manifestations pacifiques pour plus de démocratie, voilà deux semaines que les autorités répriment tout rassemblement. Dimanche dernier, six personnes avaient été hospitalisées. Est-ce le signe que la récré est terminée ? C’est ce que craignent les manifestants.

Pour aller plus loin

Dans un mois, le roi Mohammed VI doit se prononcer sur des propositions de réforme de la Constitution. C’est là sa principale promesse de démocratisation du régime. Une réforme que tous les manifestants craignent désormais qu’elle ne soit qu’un simple lefting de façade.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail