Burkina Faso

Bobo-Dioulasso, théâtre d’un nouveau soulèvement militaire

La carte du Burkina Faso.
La carte du Burkina Faso. Wikimédia/Sting

La nuit du 31 mai 2011 a été chaude à Bobo-Dioulaso, la deuxième ville du Burkina Faso. Des militaires sont sortis de leurs casernes en tirant en l'air et se sont livrés à des pillages. C'est la première fois que la caserne de Bobo-Dioulasso se soulève ainsi. En fin de matinée un calme tendu régnait à Bobo-Dioulasso. Ces actes marquent un nouvel épisode de la contestation qui secoue le régime burkinabè depuis deux mois.

Publicité

Le coup de colère des militaires de Bobo-Dioulasso a commencé hier en milieu de soirée et s'est poursuivi ce matin. Tirs à l'arme légère, coups de canon, les soldats de la garnison de Bobo-Dioulasso ont effrayé les populations durant plusieurs heures avant de se livrer à des pillages. Ce matin encore des commerçants ont assisté, impuissants au saccage des boutiques et des supermarchés de Bobo-Dioulasso. Selon un témoin, « il y a eu des tirs à l’arme légère toute la nuit. Entre temps, il y a eu deux coups de canon. Il y en a qui ont fait peur à tout le quartier, il y avait facilement une centaine de militaires en ville...». 

Un témoin des pillages qui a tenu à rester anonyme

Quelques dizaines de jeunes ont crié leur colère contre les manifestants ce matin sur l'une des principales artères de la ville. Les commerçants sont, eux aussi, furieux et les autorités tentent de calmer tout le monde. Samedi 29 avril, le Premier ministre s'était rendu à Bobodioulasso pour écouter les doléances des populations.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail