Maroc

Maroc : manifestation sans heurt à Rabat

Depuis le 20 février, les manifestations sont récurrentes à Rabat. Ici, le 20 mars 2011.
Depuis le 20 février, les manifestations sont récurrentes à Rabat. Ici, le 20 mars 2011. Reuters/Stringer
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Au Maroc, c’était jour de manifestation à nouveau ce dimanche 5 juin 2011. Depuis près de quatre mois, les Marocains descendent presque chaque semaine dans la rue pour demander plus de démocratie. Mais depuis trois semaines le ton a changé : la police s’est mise à réprimer systématiquement tout rassemblement à coups de matraques. Si la manifestation de ce dimanche s’est déroulée pacifiquement, il y a quatre jours un jeune Marocain est mort après avoir été tabassé dans une manifestation.

Publicité

Avec notre correspondante à Rabat, Léa Lisa Westerhoff

Dans le cortège, la photo du visage tuméfié de Kamal el Omari était partout. Un bleu à chaque œil, la lèvre explosée ; ils étaient des centaines à brandir son portrait aujourd’hui. Après les coups de matraque des trois dernières semaines, la contre-offensive des manifestants s’est voulue plus directe, et ils n’ont pas hésité à exposer cette image violente.

Bien que les autorités démentent que Kamal el Omari soit mort des suites de ses blessures, les jeunes du « 20 février » tiennent leur martyr. C’était le message. Le Marocain de 30 ans est mort quatre jours après avoir été tabassé dans une manifestation. Et comme pour mieux désamorcer cette colère, la police n’est pas intervenue. Les forces de l’ordre étaient même quasi absentes de la capitale.

Les mots d’ordre de la foule, eux, n’ont pas changé : les manifestants veulent toujours que le régime se démocratise. Ils exigent des garanties que la justice soit indépendante, que les responsables politiques corrompus soient jugés, ou encore qu’il y ait un accès égal à l’emploi. Et à quelques jours de l’annonce d’une réforme de la Constitution, il s’agit de ne pas lâcher la pression, seule garantie de tenter d’imposer ces changements.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail