Accéder au contenu principal
Madagascar

Le tourisme malgache en crise

Les plages paradisiaques de Madagascar attiraient de nombreux touristes avant la crise qui secoue le pays.
Les plages paradisiaques de Madagascar attiraient de nombreux touristes avant la crise qui secoue le pays. Ville de Tuléar
Texte par : RFI Suivre
2 mn

A Madagascar, on s’inquiète pour la prochaine haute saison touristique. D’une part, la crise politique n’est toujours pas résolue, ce qui peut freiner les voyageurs. Et puis un autre coup de massue est venu frapper le secteur : la suspension par les autorités européennes des deux Boeing long courrier d’Air Madagascar. La compagnie nationale a ponctuellement résolu le problème en louant deux avions à Air Italy, mais le moral n’est pas pour autant au beau fixe pour les opérateurs touristiques qui représente pourtant un maillon essentiel de l’économie malgache.

Publicité

C’est à l’Etat malgache que les opérateurs touristiques ont voulu s’adresser à quelques jours du démarrage de la haute saison. La situation est « alarmante », et les groupements professionnels pensent que l’Etat doit prendre « d’urgence » ses responsabilités dans le dossier Air Madagascar.

La compagnie nationale se disait sur la voie du renouveau, mais la suspension de ses deux Boeing à cause d’une maintenance insuffisante est venue tout chambouler. Actionnaire majoritaire, l’Etat est donc sommé de prendre les dispositions nécessaires pour « mettre en œuvre un plan de sauvetage afin que la compagnie puisse assurer ses engagements ».

Ce qui inquiète, c’est la situation des vols intérieurs, que seul Air Mad peut offrir. Les fréquences ont été légèrement réduites. Même si c’est pour être certain de respecter la programmation et de garantir un service de qualité, le signal est négatif.

La saison ne s’annonçait pourtant pas si mal pour le tourisme à Madagascar. Certes, on ne pouvait pas tomber plus bas qu’en 2010, et surtout en 2009, quand des évènements violents secouaient Antananarivo, mais pour cette année, certains prévoyaient un retour à un nombre de visites étrangères équivalent à ceux précédant la crise. On imagine aisément que ce ne sera finalement pas le cas.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.