Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire : violentes échauffourées entre FRCI et gendarmes

Des soldats des FRCI à Yopougon, le 29 avril 2011.
Des soldats des FRCI à Yopougon, le 29 avril 2011. Reuters/Luc Gnago
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Une violente altercation a eu lieu mercredi 22 juin 2011 à Abidjan, entre des gendarmes et des FRCI, les militaires qui ont aidé Alassane Ouattara à prendre le pouvoir. Depuis la chute de Laurent Gbagbo, la cohabitation entre les anciennes forces pro-Gbagbo et les forces pro-Ouattara à Abidjan est marquée par des tensions, et cet incident en est une parfaite illustration.

Publicité

Si ce n’est pas le premier incident, c'est probablement le plus sérieux. Selon une source de l’Opération des Nations unies en Côte d'Ivoire (Onuci), tout a commencé lorsqu’un gendarme qui circulait en voiture a été arrêté par un élément des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI) qui ont fait sortir du véhicule le gendarme et l'ont battu. La scène s’est déroulée à Yopougon, dans le secteur « Toits Rouges », où se trouvent un camp de gendarmerie et un commissariat aujourd’hui contrôlé par les FRCI.

Les deux protagonistes, l’agresseur et l’agressé, ont appelé chacun leur unité en renfort. Les FRCI sont arrivées lourdement armées, avec notamment des mortiers et des lance-roquettes. Pendant ce temps, les gendarmes sont rentrés dans leur camp pour protéger leurs familles. Selon la même source de l’Onuci, les militaires des FRCI ont tiré en l’air avec des fusils d’assaut. Une roquette est également tombée à l’intérieur du camp de gendarmerie. Un gendarme a été blessé par une balle perdue. Et deux kilomètres plus loin, une jeune femme d’une vingtaine d’année a été tuée par une autre balle perdue. Les FRCI auraient aussi eu un blessé dans leur rang. Encore selon une source de l’Onuci, les militaires FRCI sont repartis après avoir pris des armes, des munitions et des treillis dans le camp de gendarmerie attaqué.

Toujours d'après l'Onuci, des éléments des FRCI ont tué au moins huit personnes et blessé plusieurs autres, la semaine dernière. Ces exactions ont été commises à Abidjan, dans ses environs, et dans le centre-ouest du pays.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail