Accéder au contenu principal
Mali / Mauritanie / Aqmi

La traque d'Aqmi dans la forêt de Wagadou à la frontière du Mali et de la Mauritanie

La zone des opérations des armées mauritanienne et malienne contre l'Aqmi.
La zone des opérations des armées mauritanienne et malienne contre l'Aqmi. © RFI
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les opérations de ratissage des armées malienne et mauritanienne se poursuivent dans la région de Wagadou, dans l'ouest du Mali pour déloger les combattants d'Aqmi (al-Qaïda au Maghreb islamique). Des mouvements de véhicules suspects ont été signalés dans la zone entre Nara et Nampala, au Mali, selon des témoignages repris dans la presse locale.

Publicité

L’armée malienne a arrêté au total 11 islamistes à l’ouest du Mali, à 240 km de la capitale, à la frontière avec la Mauritanie. Sous bonne escorte, tous les prisonniers, dont six sont de nationalité mauritanienne, ont été transférés à Bamako. Les interrogatoires auraient déjà commencé.

Toujours à l’ouest, des témoins ont vu plusieurs corps de combattants d’al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). La question demeure cependant : s’agit-il des dépouilles des éléments tués lors du dernier raid annoncé par l’armée mauritanienne ?

Selon Nouakchott, au cours de ce raid, quinze jihadistes et deux militaires mauritaniens ont été tués, cinq autres ont été blessés.. Sur le terrain, les opérations de ratissage se poursuivent. Les forces mauritaniennes se concentrent vers la forêt de Wagadou, une forêt dense d’environ 80 km de long sur 40 km de large. C’est dans ce secteur que les troupes d’Aqmi tentent d’implanter une nouvelle base. Pour les en empêcher, armées malienne et mauritanienne se sont partagées les tâches.

L'armée mauritanienne était en première ligne lors du déclenchement des hostilités et l'armée malienne avait pour mission d'empêcher toute retraite des combattants salafistes.

Les chefs d’Etat du Mali et de la Mauritanie se sont récemment rendus en Afrique du Sud dans le même avion, à l'occasion d'un sommet de l'Union africaine consacré à la situation libyenne. Ils ont probablement eu le temps de commenter largement les premiers résultats de leur lutte commune contre Aqmi.

En juillet 2010, l'armée mauritanienne avait conduit, avec l'appui de la France, un raid meurtrier contre une unité d'Aqmi dans le Sahara malien (nord). En septembre 2010, elle a encore mené, seule cette fois, une nouvelle offensive anti-Aqmi en territoire malien, dans la région de Tombouctou (nord), dans une zone à proximité de la frontière .

L'offensive de vendredi a été lancée alors que des centaines de militaires des deux pays sont engagés depuis le 21 juin - et pour quelques semaines- dans des opérations communes le long de leur frontière. Aqmi aurait posé récemment des mines dans la zone, selon les deux armées.

Le Mali et la Mauritanie sont parmi les pays les plus touchés par les activités d'Aqmi, avec le Niger et l'Algérie. Aqmi retient depuis la mi-septembre 2010, quatre Français enlevés à Arlit, dans le nord du Niger ainsi qu'une Italienne enlevée le 2 février dans le sud de l'Algérie.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.