Allemagne

Les banques allemandes apportent une aide «substantielle» à la Grèce

Josep Ackermann, le patron de la Deutsche Bank, en compagnie de la chanchellière Angela Markel. Berlin, le 29 juin 2011.
Josep Ackermann, le patron de la Deutsche Bank, en compagnie de la chanchellière Angela Markel. Berlin, le 29 juin 2011. REUTERS/Thomas Peter
Texte par : RFI Suivre
2 mn

La situation de la dette grecque, le risque de banqueroute du pays et les menaces sur la zone euro, si aucune mesure adéquate n'est prise, continuent d’alerter en Allemagne. Les banques d’outre-Rhin vont prolonger dans la mesure des possibles économiques et juridiques tout ou partie des créances qu’elles détiennent sur la Grèce d’ici 2014. C’est ce qui résulte d’un accord trouvé entre les banques et le ministère allemand des Finances.

Publicité

Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

A peine un centième de la dette grecque. Le patron de la Deutsche Bank Josep Ackermann parle d’un apport « substantiel » pour évoquer le geste des banques allemandes afin de soulager Athènes.

Un rapide calcul arithmétique conduit à une conclusion plus modeste. En clair, le secteur bancaire allemand s’est engagé à acheter de nouvelles obligations souveraines grecques lorsqu’Athènes va rembourser une partie de ses dettes en 2014.

Si tous les établissements jouent le jeu, il s’agirait d’un montant de 3,2 milliards d’euros que la Grèce n’aurait à rembourser que plus tard. Par comparaison, l’endettement d’Athènes s’élevait fin mai à 350 milliards d’euros.

Ce soutien volontaire des banques fait écho à la volonté de Berlin d’associer les créanciers privés à la solution de la crise grecque. Certes, comme au printemps 2010 dans le cadre du premier plan d’aide à la Grèce, le secteur financier allemand répond présent.

Mais le geste est limité et constitue plutôt une bonne affaire. Car le taux des obligations souveraines grecques que les banques allemandes rachèteront ultérieurement leur rapporteront encore plus et coûteront plus cher à Athènes.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail