Accéder au contenu principal
Turquie / Libye

Rupture des relations entre Ankara et Tripoli

Dimanche 3 juillet, la Turquie reconnaît le CNT comme le représentant légitime du peuple libyen.
Dimanche 3 juillet, la Turquie reconnaît le CNT comme le représentant légitime du peuple libyen. Steve Allen/Getty Images
Texte par : RFI Suivre
2 mn

C'est la fin des relations entre la Turquie et la Libye. Ankara a annoncé dimanche 3 juillet 2011 le retrait définitif de son ambassadeur à Tripoli et va appliquer des  sanctions économiques visant des leaders du régime Kadhafi et des banques. Par ailleurs, la Turquie reconnaît désormais le CNT (Conseil national de transition libyen) comme le représentant légitime du peuple.

Publicité

Avec notre correspondant à Istanbul, Jérôme Bastion

Les ponts sont désormais définitivement coupés entre Tripoli et Ankara, la brève visite du chef de la diplomatie turque à Benghazi confirmant un revirement amorcé dès la semaine dernière, avec une reconnaissance officieuse du Conseil national de transition qui recevait un don de 100 millions de dollars.

En même temps la Turquie, qui était peut-être le dernier pays occidental encore présent à Tripoli, a rappelé son ambassadeur dans la capitale libyenne. Et ce dimanche, la banque Arap-Türk, dont le principal partenaire était l’Etat libyen, est passée sous contrôle de l’autorité de régulation bancaire et financière, sa nationalisation signifiant le gel des avoirs libyens et l’application des sanctions contre le régime de Kadhafi.

C’en est donc fini pour la politique de grand écart de la Turquie, qui essayait depuis des mois de faire signer un protocole de paix aux deux belligérants, tentant par là même de préserver ses intérêts économiques importants, et espérant empêcher un changement de régime imposé par les Américains et les Européens dans cette ancienne province de l’Empire ottoman. La Turquie, partie prenante à l’opération de l’Otan en Libye pour préserver les civils sans participer aux frappes militaires contre le régime du colonel Kadhafi, s’était contentée jusque-là d’un soutien humanitaire au pays.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.