Immigration / Europe

La Libye : porte de sortie pour l'Europe ou pour la mort

Les corps des 25 clandestins décédés, sur le quai du port de Lampedusa, le 1er août 2011.
Les corps des 25 clandestins décédés, sur le quai du port de Lampedusa, le 1er août 2011. Reuters/Ansa

Un nouveau drame de l'immigration sur la petite île italienne de Lampedusa. Les cadavres de 25 migrants ont été retrouvés lundi matin 1er août 2011 dans un bateau surchargé de réfugiés en provenance de Libye. Ces hommes sont morts asphyxiés par les gaz d'échappement du moteur. La crise libyenne n'a pas mis fin aux tentatives des migrants de quitter les côtes d’Afrique du Nord.

Publicité

Trois cents euros, c'est le prix moyen à payer pour embarquer vers l'Europe. Malgré les frappes aériennes, les passeurs multiplient les départs. Il y a des accidents et des morts, notamment par noyade. Osséni a 25 ans. Il vit désormais en Italie mais garde un souvenir très violent de sa traversée.

On est passé par un port contrôle par l'armée libyenne... j'ai payé à peu près 400 dinars. C'était un bateau en bois, de pêche d'environ 8 mètres de long... on nous charge comme des moutons...

Osséni raconte sa traversée...

Trente mille personnes ont quitté la Libye depuis le début du conflit. Pour Jean-Philippe Chauzy, porte-parole de l'Organisation mondiale pour les migrations, cet exode va continuer : «Malheureusement ces tragédies sont à répétition. Les migrants n’ont finalement que très peu d’argent tout simplement parce qu’ils ont été parfois déplacés, leurs biens ont pu aussi être confisqués ou volés. On constate à chaque fois que ces migrants sont à bout de course, à bout de force et qu’ils sont prêts à tout pour quitter la Libye».

De nombreux rescapés affirment que c'est l'armée de Kadhafi qui organise les voyages. Coordinatrice du réseau Migreurop, Sara Prestianni confirme cette information mais dénonce aussi la position européenne : «Derrière la mort de centaines de migrants dans le canal de Sicile, il n’y a pas la responsabilité de Kadhafi ! Il y a aussi et surtout la responsabilité de l’Union européenne qui regarde passivement cette tragédie».

Plus de 2000 migrants sont morts depuis le début de l'année au large des côtes libyennes.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail