Accéder au contenu principal
RDC

Crash aérien de Kisangani: la compagnie Hewa Bora contre-attaque

Après l'accident du Boeing de la compagnie Hewa Bora à Kisangani, 8 juillet 2011, la compagnie Hewa Bora avait été montrée du doigt.
Après l'accident du Boeing de la compagnie Hewa Bora à Kisangani, 8 juillet 2011, la compagnie Hewa Bora avait été montrée du doigt. © AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

La compagnie Hewa Bora réplique après le premier rapport d’une commission d’enquête sur le crash de son Boeing, le 8 juillet 2011, à Kisangani. Le rapport remis au ministère des Transports fait état de graves manquements de la compagnie. Hewa Bora, aujourd’hui interdite de vol, réfute les accusations de surcharge en passagers ainsi que d’absence de qualification du pilote, et accuse à son tour les installations de l’aéroport de Kisangani.

Publicité

José Dubier, le directeur des opérations d’Hewa Bora, brandit la feuille de charge de l’avion : 112 passagers pour 114 sièges. Selon lui l’erreur viendrait du fait que les enquêteurs se seraient basés sur les réservations et non sur l’embarquement réel.

Il réfute également l’accusation selon laquelle le commandant de bord n’aurait pas la qualification sur Boeing 727. « Sa licence était valable, donc il était en droit de pouvoir exercer ses fonctions de commandant de bord sur 727 » fait-il valoir.

Une balise défectueuse

La compagnie Hewa Bora accuse la Régie des voies aériennes qui gère les aéroports congolais, d’avoir constaté dans un audit de mai dernier que la balise de la piste de Kisangani était défectueuse, et de ne pas avoir prévenu. La balise VOR sert en cas de mauvaise visibilité.

« Cet audit avait relevé que les balises de navigation au sol présentaient un écart de trois degrés de déviation, note José Dubier. Or ils avaient bien signifié que si un pilote se hasardait à faire une procédure dans cette configuration, il y avait un risque de terminer sa course dans les arbres. Là c’est un défaut énorme, un danger. D’autant plus qu’aucun NOTAM – notice aux pilotes – n’a été fait, aussi bien au niveau des aéroports concernés qu’au niveau des services des opérations des compagnies »

Concernant les indemnisations, la compagnie indique qu’une équipe de la Lloyds de Londres est arrivée à Kinshasa, et que les victimes et ayant-droits seront indemnisés.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.