Accéder au contenu principal
Libye

Libye : la rébellion prépare l'après-Kadhafi

Le président du Conseil national de transition, Moustapha Abdeljalil, lors d'une conférence de presse à Benghazi, le 30 juillet 2011.
Le président du Conseil national de transition, Moustapha Abdeljalil, lors d'une conférence de presse à Benghazi, le 30 juillet 2011. REUTERS/Esam Al-Fetori
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Le Conseil national de transition (CNT), l'organe politique de la rébellion libyenne basé à Benghazi, se prépare à s'installer à Tripoli, la capitale. C'est une question de jours, estime un membre de la commission politique et relations internationales du CNT. Quel projet le CNT a t-il pour la Libye d'après-Kadhafi ? Il y a quelques jours, l'instance politique de l'insurrection libyenne a adopté un document intitulé « Déclaration constitutionnelle ».

Publicité

Notre dossier spécial

C'est une feuille de route pour la période de transition qui s'ouvre en Libye. Et pour rassurer les alliés occidentaux du CNT, ce texte de 37 articles, réaffirme que la Libye sera un Etat démocratique fondé sur le pluralisme politique.

Moustapha Abdeljalil, le président du CNT, assure que les Libyens auront la liberté de choisir leurs futurs dirigeants. Mais avant de pouvoir choisir librement leurs dirigeants, les Libyens devront patienter au moins deux ans, période nécessaire, selon Moustapha Abdeljalil, au rétablissement de la stabilité dans le pays.

Durant cette phase de stabilisation, un gouvernement intérimaire devrait être mis en place. Il remplacera le Conseil national de transition dans les huit mois qui viennent. Ensuite, une Assemblée nationale de transition sera élue. Ces nouveaux députés choisis par le peuple, rédigeront une nouvelle constitution qui sera adoptée par référendum.

Je lance un appel à tous les combattants touareg pro-kadhafi afin qu'ils abaissent leurs armes et qu'ils reconnaissent le Conseil national de transition

Ibrahim Mohamed Assaleh, député malien, président du groupe de contact Touareg/CNT

Et pour rassurer la frange nationaliste et islamiste du Conseil national de transition, un émissaire de Moustapha Abdeljalil a affirmé au Caire, que son pays n'abriterait pas dans le futur de base de l'OTAN. « La Libye est une nation arabe et islamique avant et après l'Otan », a t il déclaré.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.