Accéder au contenu principal
Mali / Libye

Mali : le difficile retour des migrants de Libye

Un groupe de travailleurs migrants expulsés de Libye en 2008, à Bamako.
Un groupe de travailleurs migrants expulsés de Libye en 2008, à Bamako. AFP/HABIB KOUYATE
Texte par : RFI Suivre
5 mn

La situation des Subshariens est particulièrement préoccupante en Libye où Amnesty Internationale rappelle qu'ils courent un grand risque car ils sont pris pour des mercenaires. On compterait encore près de 15 000 Maliens en Libye tandis que 40 000 de leurs compatriotes sont déjà rentrés au Mali. Un retour forcé et donc un déchirement pour eux car en arrivant dans leur pays d'origine ils n'ont plus rien et redoutent l'avenir.

Publicité

Avec notre correspondant à Belgrade, Laurent Rouy

La photo prise par les journalistes des cinq Serbes détenus par les rebelles libyens à l’aéroport de Tripoli fait la Une de la presse à Belgrade, avec en manchette les témoignages des parents de deux de ces cinq hommes, plutôt jeunes et athlétiques, qui disent que leurs fils n’ont rien à voir avec la guerre et Kadhafi.

Des cinq Serbes, un seul a un emploi. Il est ambulancier et est parti en Libye sur son temps de congé, sans en parler ses collègues. Un autre est président d’un club de tir de combat. Lors de leur arrestation dans Tripoli, tous les cinq ont déclaré travailler à la construction d’autoroutes.

En Serbie, les familles sont partagées entre le soulagement d’avoir des nouvelles et l’inquiétude de les voir emprisonnés ou exécutés sommairement. Avertis par la presse, les ministères des affaires Etrangères et de l’Intérieur ont dit ne rien savoir des cinq prisonniers, mais que la Serbie leur porterait assistance.

Par ailleurs, les rebelles libyens ont déclaré avoir arrêté dix-sept Croates dont Zagreb ignore l’existence. S’il est avéré qu’il s’agit de mercenaires, les rebelles veulent les juger en Libye.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.