Accéder au contenu principal
Côte d’Ivoire/France/Politique

Un homme politique ivoirien confirme: il y a eu des versements d’argent à des politiques français

Mamadou Koulibaly, le président de l'Assemblée nationale ivoirienne.
Mamadou Koulibaly, le président de l'Assemblée nationale ivoirienne. AFP/Kambou Sia
Texte par : RFI Suivre
1 mn

Après les révélations fracassantes de Robert Bourgi concernant l’argent fourni à des hommes politiques français par des gouvernements africains, un Ivoirien confirme ces versements. Il s’agit de Mamadou Koulibaly, ancien proche de Laurent Gbagbo et actuel président de l’Assemblée nationale ivoirienne. Il affirme notamment que de l’argent a bien été transféré d’Abidjan à Paris pour financer la campagne chiraquienne de 2002.

Publicité

Les déclarations de Mamadou Koulibaly, le président de l’Assemblée nationale ivoirienne, confirment une partie des accusations de l’avocat Robert Bourgi, le conseiller officieux pour l’Afrique de Nicolas Sarkozy à qui Jacques Chirac avait également confié plusieurs missions auprès de certains chefs d’Etat africains.

Du côté de la Côte d’Ivoire, Mamadou Koulibaly fait état d’environ deux milliards de francs Cfa, soit à peu près trois millions d’euros, que Laurent Gbagbo a envoyés à Jacques Chirac, des coupures de billets transportés par valises.

Mamadou Koulibaly, qui a quitté récemment le FPI (l’ex-parti du président Laurent Gbagbo) pour créer sa propre formation politique, dit avoir rencontré Robert Bourgi à la table de Laurent Gbagbo. L’avocat français était à Abidjan pour solliciter un financement occulte pour la campagne présidentielle en France. Face à l’objection de Mamadou Koulibaly qui s’opposait à une donation d’un pays pauvre à un pays riche, Robert Bourgi lui aurait dit qu’« on est généreux quand on veut faire de la politique ».

Le FPI n’a pas encore réagi à ces révélations, ni d’ailleurs le nouveau pouvoir d’Alassane Ouattara.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.