Accéder au contenu principal
Sénégal

Au Sénégal, le Mouvement du 23 juin lance un ultimatum à Abdoulaye Wade

Alioune Tine, l'un des leaders du M23, a appelé le président Abdoulaye Wade à ne pas se représenter pour la présidentielle 2012
Alioune Tine, l'un des leaders du M23, a appelé le président Abdoulaye Wade à ne pas se représenter pour la présidentielle 2012 AFP PHOTO/SEYLLOU
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Le Mouvement du 23 juin, qui fédère une soixantaine de partis politiques et d'organisations de la société civile opposés à la candidature d'Abdoulaye Wade à la présidentielle de 2012, a organisé un meeting vendredi 23 septembre. Le M23 a laissé au chef de l'Etat jusqu'à la fin octobre pour renoncer à sa candidature. Sinon, il menace d'organiser des manifestations quotidiennement.

Publicité

Sur le contenu du discours [de l'opposition], j'ai des problèmes, il s'est détérioré

Moustapha Guirassy

C’est bien un ultimatum que le M23, le mouvement formé après les manifestations du 23 juin, vient de lancer à Abdoulaye Wade par la voix d’un de ses leaders, Alioune Tine, le premier d’une longue série d’orateurs montés sur scène vendredi soir. Alioune Tine a appelé le président sortant à renoncer à présenter sa candidature avant la fête musulmane de La Tabaski.

L’objectif du M23 était également de faire entendre pendant ce meeting la voix des Sénégalais. La foule a ainsi vu monter sur scène un représentant des familles de victimes du naufrage du Joola, puis un membre de l’intersyndicale de la Sonatel, le principal opérateur de téléphonie du pays. Sont également venus témoigner un handicapé puis un habitant de la banlieue inondée, entre autres.

La place de l'Obélisque, noire de monde le 23 juillet, était à peine remplie ce vendredi 23 septembre 2011.
La place de l'Obélisque, noire de monde le 23 juillet, était à peine remplie ce vendredi 23 septembre 2011. RFI/Laurent Correau

La foule a suivi tous ces témoignages dans un calme relatif. « Wade dégage », disaient là de simples feuilles imprimées brandies par quelques leaders, tandis qu’entre les interventions sur scène, les participants reprenaient parfois le slogan « Le vieux, va-t-en ».

Bien que le discours reste déterminé, la mobilisation du M23 pour ce nouveau rendez-vous a été moins forte que celle d’il y a deux mois. La place de l’Obélisque, qui était noire de monde le 23 juillet, était à peine remplie vendredi.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.