Accéder au contenu principal
Maroc

Maroc: la ministre de la Famille souhaite autoriser l'avortement dans certains cas

Nouzha Skalli, ministre marocaine de la Famille
Nouzha Skalli, ministre marocaine de la Famille JPS68/Creative Commons
Texte par : RFI Suivre
2 mn

C’est peut-être un vrai changement qui s’amorce au Maroc. Pour la première fois, un ministre a affirmé que l’avortement, actuellement interdit dans le royaume, pourrait être légalisé dans certains cas. Preuve que le sujet, encore tabou il y a quelques années, s'invite dans l’espace public.

Publicité

Avec notre correspondante à Casablanca

Autoriser l’avortement en cas de viol, d’inceste mais aussi de malformations du fœtus ou de pauvreté de la mère, voilà les ouvertures que laisse entrevoir la ministre de la Famille, Nouzha Skalli. Un véritable pavé dans la mare dans un pays où l’avortement est toujours passible de prison, pratiqué de façon clandestine et soumis au tabou.

Pour les associations, oser une telle déclaration c’est donc déjà un énorme progrès. Voilà trois ans qu’un gynécologue marocain se bat pour que le sujet s’invite dans le débat public.

Le planning familial, de son côté, réclame depuis longtemps un avortement dépénalisé, armé de ces chiffres terribles : 600 avortements clandestins pratiqués chaque jour et loin de tout contrôle au Maroc.

Mais les associations le savent bien, le plus dur reste à faire, à savoir convaincre les partis politiques et aboutir à un véritable projet de loi. A un mois d’élections législatives avancées, c'est loin d'être gagné.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.