Accéder au contenu principal
Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire: fin du séminaire d'imprégnation de la Commission dialogue, vérité et réconciliation

Le président de la Côte d'Ivoire Alassane Ouattara (G) et l'ancien Premier ministre Charles Konan Banny (D) , le président de la Commission dialogue vérité et réconciliation le 1er mai 2011.
Le président de la Côte d'Ivoire Alassane Ouattara (G) et l'ancien Premier ministre Charles Konan Banny (D) , le président de la Commission dialogue vérité et réconciliation le 1er mai 2011. Reuters/Thierry Gouegnon
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Un séminaire de trois jours sur les enjeux de la justice transitionnelle s’est achevé hier, vendredi 18 novembre 2011, à Abidjan. Les membres de la Commission dialogue, vérité et réconciliation ont bénéficié de l’expérience des commissions qui ont existé dans d’autres pays africains et ont pu ainsi s’imprégner de leurs modèles de réconciliation.

Publicité

Avec notre correspondant à Abidjan

Avant que le travail de la Commission ivoirienne ne démarre véritablement - on ne connaît pas encore par exemple sa méthodologie - ses membres viennent de bénéficier des expériences du Ghana, du Liberia, de la Sierra Leone et de l’Afrique du Sud.

Après ces discussions de trois jours avec les experts étrangers, la Commission dialogue, vérité et réconciliation repart avec 20 recommandations, la première étant de « démarrer le processus par les consultations les plus larges possibles en impliquant la société civile ».

Autres recommandations : « rechercher la vérité avec la plus grande détermination », établir un cadre de collaboration formelle avec les tribunaux, au niveau national et international ou encore « mettre les victimes au centre du processus ».

Aujourd’hui, près de deux mois après l’installation officielle de la Commission, les consultations les plus larges n’ont pas encore commencé. Mais selon son président, l’ancien Premier ministre Charles Konan Banny, la Commission est déjà tous les jours sur le terrain à la rencontre des victimes.

Comme l’institution a besoin de moyens pour fonctionner, le représentant spécial adjoint du secrétaire général de l’ONU a dit que l’Onuci sera aux côtés de la Commission. Arnaud Akodjénou a laissé entendre que « chaque fois qu’il le faudra », la mission onusienne assurera le transport des commissaires, partout en Côte d’Ivoire.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.