Libye

Seif al-Islam Kadhafi est désormais entre les mains de la justice en Libye

Seif al-Islam Kadhafi (G) dans l'avion qui l'emmène à Zenten après sa capture, le 19 novembre 2011.
Seif al-Islam Kadhafi (G) dans l'avion qui l'emmène à Zenten après sa capture, le 19 novembre 2011. REUTERS/Ismail Zitouny
Texte par : RFI Suivre
3 mn

La cavale du membre du clan Kadhafi le plus influent encore en vie s’est achevée au sud de la Libye dans la nuit de vendredi à samedi 19 novembre. Visé par un mandat d’arrêt international, Seif al-Islam Kadhafi, 39 ans, devrait être jugé par la CPI. Beaucoup de Libyens souhaitent cependant qu’il comparaisse devant la justice de son pays.

Publicité

Notre dossier spécial

La dernière fois qu'il était apparu en public, c'était il y a trois mois. Le poing dressé, il était sorti parader dans la nuit à Tripoli pour démentir la rumeur de son arrestation. Cette fois-ci, en revanche, la cavale de Seif al-Islam a pris fin. D'après des images filmées par un combattant du CNT, celui qui était autrefois considéré comme le potentiel successeur de Mouammar Kadhafi a été emmené samedi après-midi par avion à Zenten, à près de 200 kilomètres au sud de Tripoli.

Il avait été capturé la nuit précédente dans le grand sud libyen par des combattants originaires de cette ville justement. A sa descente d'avion, il y a eu visiblement une belle pagaille, la foule se pressant pour le voir, le photographier, voire le frapper. Seif al-Islam, en turban et long manteau marron, semblait d'après ces images en bonne santé, mis à part des bandages sur trois doigts de sa main droite.

Voilà donc arrêté le dernier des enfants Kadhafi encore en fuite. Les autres se sont réfugiés à l'étranger ou ont été tués. Seif al-Islam, 39 ans, est visé par un mandat d'arrêt de la CPI depuis le mois de juin sur des soupçons de crimes contre l'humanité. Il est accusé d'avoir joué un rôle clef dans la répression du soulèvement libyen en février. Le procureur de la Cour se rend d'ailleurs la semaine prochaine à Tripoli pour évoquer avec les autorités libyennes l'avenir judiciaire du fils de l’ex-dictateur, sachant que des voix s'élèvent en Libye pour qu'il soit jugé dans le pays plutôt qu'à la CPI.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail