Union européenne / Danemark

La gauche danoise s'installe pour six mois à la présidence de l'Union européenne

Le Premier ministre danois Helle Thorning-Schmidt prend, au nom de son pays, la présidence tournante de l'Union européenne, ce 1er janvier 2012.
Le Premier ministre danois Helle Thorning-Schmidt prend, au nom de son pays, la présidence tournante de l'Union européenne, ce 1er janvier 2012. REUTERS/Sebastien Pirlet

Le Danemark, l'un des rares pays d'Europe actuellement dirigé par un gouvernement de centre gauche, prend la présidence de l'Union européenne, ce 1er janvier 2012. Parmi les dossiers à traiter en priorité : la crise de la zone euro. Copenhague voudrait bien imposer une concertation à 27 pour tenter de résoudre la crise. Mais ces derniers mois c'est plutôt le couple franco-allemand qui s'est mis aux commandes de l'Europe. Du coup la présidence tournante se trouve marginalisée.

Publicité

Avec notre bureau de Bruxelles

Ni vraiment bonne comme la Belge, ni franchement mauvaise comme la Tchèque, la présidence polonaise de l’Union européenne (UE) aura démontré les limites de cet exercice semestriel dès lors qu’il est assuré par un pays de taille moyenne, nouvel État membre, et qui est extérieur à la zone euro.

La création des postes de président du Conseil européen et de haut représentant de la

Les présidences tournantes ont moins de poids qu'auparavant parce que l'Union européenne s'est réformée

Pascal Dewit, politologue, professeur à l'Université libre de Bruxelles

politique extérieure achève de vider un peu plus de son contenu la présidence tournante. Les priorités polonaises affichées -l’élargissement aux pays des Balkans occidentaux et le dialogue avec ceux de l’ex-URSS- n’auront que peu ou pas progressé.

Les dossiers sont donc repris par la nouvelle présidence, celle du Danemark qui promet d’être plus énergique en dépit des dérogations accordées à ce pays en matière monétaire et de défense. Les priorités danoises vont à l’emploi et aux énergies renouvelables, deux spécialités de ce petit royaume scandinave de moins de six millions d’habitants. Copenhague devra arbitrer la laborieuse émergence du budget de l’UE pour la période 2014-2020.

L’atout majeur de cette présidence se nomme Helle Thorning-Schmidt, Premier ministre, ancienne eurodéputée et belle-fille du commissaire européen britannique Neil Kinnock. Elle est seule parmi les socialistes en Europe à avoir infligé récemment une défaite à une coalition de centre droit. Cette réussite lui vaut une considération internationale, tous bords politiques confondus.

Depuis le traité de Lisbonne (13 septembre 2007), la présidence de l'Union européenne est scindée en deux : le président du Conseil européen avec un mandat de deux ans et demi, et la présidence tournante du Conseil de l'Union européenne (conseil des ministres) d'une durée de six mois. S'il existe un programme commun pour assurer la continuité durant les présidences tournantes, chaque Etat président peut néanmoins proposer ses priorités, ce qui contribue à donner une certaine inflexion nationale aux priorités de l'Union.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail