Madagascar/Economie

Madagascar : les zones franches tentent de survivre à la crise

Madagascar.
Madagascar. L. Mouaoued/RFI

La crise politique malgache n’est pas sans conséquence sur l'économie de la Grande Ile. Après trois années de turbulence, le climat des affaires reste morose et la suspension en 2009 de l'AGOA, le statut qui facilitait les exportations vers les Etats Unis, a provoqué de nombreuses fermetures d'usines. Dans ce contexte d'incertitude national mais aussi international, les zones franches représentent un potentiel important. Aujourd’hui, les entreprises qui ont survécu à la crise se tournent vers le marché européen et s’en sortent plutôt bien. Elles emploient 100 000 personnes et prévoient de doubler ce chiffre d’ici cinq ans. 

Publicité

Le groupement des entreprises franches est satisfait de l’année 2011 : le dynamisme du marché européen, et le recul de certaines zones concurrentes, l’Afrique du Nord et la Chine, ont permis aux entreprises textiles malgaches de se développer, selon Charles Giblain. Il est le président du groupement des entreprises franches et partenaires.

« Sur 2011, des études ont démontré une croissance d’environ 20 % des entreprises malgaches textiles vers le marché européen – c’est l’essentiel de nos exportations pour l’instant. Evidemment ça ne représente pas la perte des emplois qui ont été perdus à cause de l’AGOA, mais c’est déjà une belle performance dans le contexte actuel malgache ».

Dans une usine située à une quinzaine de kilomètres de la capitale, les machines tournent, mais ici on est moins enthousiaste sur la situation. Les commandes pour l’Europe ont peu augmenté depuis trois ans, l’entreprise a certes gardé tous ses salariés, mais le directeur général explique hors micro qu’il est difficile d’investir et de se projeter dans l’avenir dans un contexte politique et social qui se dégrade.

Anxieux, il envisage même tous les scénarios : grève générale, retour du délestage, fermeture du port, ou statut quo. Et aux incertitudes locales, s’ajoute la crise économique européenne dont les effets pourraient se faire sentir cette année.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail