Maroc

Jugé diffamatoire, le quotidien «El Pais» est interdit au Maroc

Le livre qui suscite l'interdiction marocaine.
Le livre qui suscite l'interdiction marocaine. Seuil

Le quotidien espagnol El Pais n’a pas été disponible au Maroc dimanche dernier. En cause, un article avec des extraits inédits d’une prochaine publication d’un livre sur le roi Mohammed VI. Pour le ministère marocain de la Communication, ces extraits ont un caractère diffamatoire et portent atteinte à l’image de Sa Majesté et des institutions du pays. Une interdiction à l'allure de censure ?

Publicité

Le livre, Le Roi prédateur, main basse sur le Maroc, ne sera vraisemblablement pas distribué au Maroc. Co-écrit par Catherine Graciet et Eric Laurent, il sera disponible aux éditions du Seuil à partir du 1er mars, mais il a déjà créé la polémique dans ce royaume. Ainsi, dimanche dernier, le quotidien espagnol El Pais qui en publiait quelques bonnes feuilles a été interdit de distribution dans le pays, a indiqué à l’AFP un haut responsable du ministère marocain de la Communication. Le livre a été jugé « diffamatoire » par les autorités marocaines à l’encontre du roi Mohammed VI du Maroc. Le responsable précise qu’en publiant ces bonnes feuilles, à caractère « diffamatoire et sans preuves », le journal « porte atteinte à l’image de Sa Majesté et aux institutions du pays ».

« L’interdiction du journal n’a rien à voir avec la liberté d’expression. Il s’agit de diffamations »

L’interdiction d’El Pais survient alors que des hebdomadaires français, dont Le nouvel Observateur et Le Pèlerin, ont été interdits au cours des deux derniers mois au Maroc en raison de représentations du prophète Mahomet ou de Dieu, proscrites par la tradition musulmane. « L’interdiction du journal n’a rien à voir avec la liberté d’expression. Il s’agit de diffamations », a encore dit le responsable marocain. Pourtant, il y a dix jours, la distribution au Maroc du numéro d’ El Pais, en date du 16 février, avait également été interdite en raison d’une caricature du roi Mohammed VI. « La décision d’interdiction a été prise en application de l’article 29 du code de la presse contre toute atteinte à la personne du roi », avait indiqué le ministère de la Communication. « Dans cette caricature, a-t-il ajouté, il y a une volonté délibérée de défigurer l’image pour porter atteinte à la personne du roi. »

L’interdiction vue sur internet …

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail