Accéder au contenu principal
Guinée-Bissau

Guinée-Bissau: les putschistes proposent un gouvernement d'union nationale

Le centre de Bissau est toujours sous le contrôle de l'armée.
Le centre de Bissau est toujours sous le contrôle de l'armée. AFP PHOTO/ ISSOUF SANOGO
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Le président intérimaire et le Premier ministre de Guinée-Bissau « vont bien », selon les déclarations, ce vendredi soir 13 avril, d'un porte-parole de l'armée. Au lendemain du coup d'Etat des militaires, la capitale est quadrillée par les soldats. Une réunion entre l'armée et les partis politiques s'est tenue un peu plus tôt à Bissau, durant laquelle les militaires ont proposé la mise en place d'un gouvernement d'« union nationale ».

Publicité

Des nouvelles rassurantes ce vendredi soir en provenance de Bissau : l'armée vient de déclarer que le président intérimaire Raimundo Pereira et le Premier ministre Carlos Gomes Junior « se portaient bien », sans donner plus de détails.

De source diplomatique, le Premier ministre serait détenu à la base militaire de San Vicente, à 45 km au nord de la capitale. Aucune information concernant le lieu de détention du président en revanche, ni le sort des ministres qui ont été arrêtés.

Ce vendredi soir, le centre de Bissau est toujours sous le contrôle de l'armée. La radio publique de Guinée-Bissau, dont le signal était coupé, a recommencé à émettre mais ne diffuse que des communiqués de l'armée et de la musique.

Un gouvernement d'« union nationale »

Les putschistes, semble-t-il, avancent au pas de charge, coup de force hier et réunion politique aujourd'hui à huis clos, en périphérie de la capitale avec les partis politiques.

A l'issue de cette réunion, les putschistes ont proposé de mettre en place un gouvernement d'union nationale. Un gouvernement qui serait formé avec la collaboration des partis politiques et aussi avec quelques militaires. Ceux qui ont fait le coup d'Etat  réclament les ministères de la Défense et de l'Intérieur.

Agnelo Regala, leader de l'Union pour le changement (UM)

Les représentants des partis politiques qui ont assisté à la réunion doivent maintenant réfléchir de leur côté. Ils vont se retrouver samedi matin pour étudier la proposition. Il faudra ensuite qu'un accord soit trouvé sur le nom d'un nouveau président et d'un Premier ministre. Cette question n'a pas été abordée.

Grâce la réunion de vendredi soir, qui a été organisée moins de 24 heures après le coup d'Etat, on sait un peu mieux qui sont les putschistes car jusque-là ils ne s'étaient pas montrés. On peut citer les chefs de l'armée de terre, de l'air et de la marine, le vice chef d'état-major des armées et aux moins quatre colonels.

Le chef d'état-major, le général Antonio Injaï, a lui été déposé. Il ne fait donc pas partie des putschistes. Il a été arrêté, comme le président par interim, comme le Premier ministre, et plusieurs autres ministres.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.