Accéder au contenu principal
Nigeria / Italie

Le groupe pétrolier italien ENI confirme une attaque contre ses installations au Nigeria

Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le groupe pétrolier italien ENI le confirme : ses installations dans le sud du Nigeria ont été attaquées dans la nuit de jeudi 12 à vendredi 13 avril. Un attaque annoncée plus tôt par le Mouvement pour l'émancipation du delta du Niger, le Mend, qui semble vouloir refaire parler de lui après une longue période de silence.

Publicité

L'attaque a eu lieu vers 2 heures du matin dans l'Etat de Bayelsa, dit le Mend. Il affirme que ses combattants ont détruit un puits et un collecteur qui sert à redistribuer les fluides dans les pipelines. Du matériel appartenant à la compagnie italienne ENI. Et le groupe rebelle avertit que d'autres attaques suivront.

Voilà quelques semaines que les séparatistes du Mend sont sortis de leur silence. En février notamment, ils ont déjà attaqué un pipeline du groupe ENI et le mois suivant c'est un barrage de police qu'ils ont visé.

Pourtant, le Mend avait considérablement réduit ses opérations dans le delta du Niger ces derniers mois. Son dernier gros coup remontait même à octobre 2010, avec un attentat qui avait tué 12 personnes à Abuja au moment de la fête de l'Indépendance. C'est d'ailleurs ce dont est accusé Henry Okah, un leader du Mend arrêté et détenu depuis en Afrique du Sud.

A part cette attaque spectaculaire, le mouvement faisait beaucoup moins parler de lui depuis que le gouvernement a accordé l'amnistie à ses militants en 2009, avec des programmes de réinsertion avantageux. D'après les observateurs, cette reprise des hostilités a peut-être une explication bassement matérielle. Certains combattants cherchant à gagner de l'argent avec ces attaques.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.