Accéder au contenu principal
Libye / CPI

Libye: le procureur de la CPI veut juger Seif al-Islam

Moustapha Abdeljalil (D), chef du Conseil national de transition libyen aux côtés de Luis Moreno Ocampo (G), Tripoli, le 18 avril 2012.
Moustapha Abdeljalil (D), chef du Conseil national de transition libyen aux côtés de Luis Moreno Ocampo (G), Tripoli, le 18 avril 2012. Reuters/Ismail Zitouny
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le procureur de la Cour pénale internationale, Luis Moreno Ocampo, est en Libye jusqu'au samedi 21 avril 2012. Au coeur de sa visite, les enquêtes judiciaires en cours en Libye, et notamment le dossier de Seif al-Islam Kadhafi, le fils de l'ancien Guide libyen, détenu depuis cinq mois par les ex-rebelles de Zintan, et poursuivi pour crimes contre l'humanité par la CPI.  

Publicité

On le sait, la justice libyenne comme la CPI veulent juger Seif al-Islam Kadhafi. Il y a une semaine, le gouvernement libyen a fait appel d'une décision du tribunal de La Haye réclamant «immédiatement» le fils de l'ancien leader libyen. Ce recours, les Libyens doivent le déposer à la fin du mois et ils espèrent qu'il débouchera sur l'arrêt de la procédure de la CPI.

Les Libyens jurent qu'ils sont à même de juger Seif al-Islam Kadhafi en Libye. Si les conditions d'un procès équitable sont réunies, le droit leur donne en tout cas la primauté sur la justice internationale. La décision revient en dernier ressort aux juges de la CPI.

Le contexte politique libyen interfère avec la justice

Le procureur de la CPI, Luis Moreno Ocampo, a insisté sur le fait que Seif al-Islam sera de toute façon jugé, que ce soit en Libye ou à La Haye. Une insistance sur le droit qui ne prend pas en compte une réalité politique plus complexe. Le fils de l'ex-leader est aux mains des anciens rebelles à Zintan et rien ne dit encore qu'ils le livreront aux autorités de Tripoli. Ils estiment en effet que la sécurité ne saurait être garantie par le gouvernement, et même qu'il serait préférable d'organiser ce procès à Zintan. En début de semaine, le gouvernement a commencé des négociations avec ses geôliers en vue de son transfert dans la capitale.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.