Accéder au contenu principal
GUINEE-BISSAU

L'ONU menace de prendre des sanctions contre la junte en Guinée-Bissau

Le siège des Nations unies à New York aux Etats-Unis.
Le siège des Nations unies à New York aux Etats-Unis. Getty Images
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Le Conseil de sécurité des Nations unies a menacé ce samedi 21 avril la junte bissau-guinéenne de « sanctions ciblées » si le pouvoir civil n'est pas rétabli. En condamnant « vigoureusement le coup d'Etat » du 12 avril, le Conseil demande la libération « immédiate et inconditionnelle » des dirigeants du pays détenus par les putschistes. Peu après la condamnation de l'ONU, Manuel Serifo Nhamadjo, désigné président de la République de transition après le coup d'Etat militaire, a annoncé qu'il refusait cette nomination car il considère qu'elle sort de la « légalité ».

Publicité

Dans une déclaration, le Conseil de sécurité de l’ONU condamne le « coup d'Etat » en Guinée-Bissau et demande le « rétablissement immédiat de l'ordre constitutionnel ainsi que le retour du gouvernement légitime » dans le pays.  Le Conseil exhorte la junte de libérer immédiatement les responsables bissau-guinéens détenus, dont le président intérimaire Raimundo Pereira et le Premier ministre Carlos Gomes Junior.

Immédiatement après la condamnation de l’ONU, la junte a affirmé que l'accord de transition annoncé vendredi dernier - et en particulier la désignation pour deux ans d'un président de transition - n'était qu'une « proposition ». Les putschistes se disent « profondément engagés dans la recherche d'une solution à la crise ».

De son côté, Manuel Serifo Nhamadjo, désigné par la junte et l'ex-opposition comme président de la République de transition, a refusé sa nomination. Il considère que sa nomination « sort de la légalité ».

Sommet de Conakry annulé

Le sommet de Conakry sur la Guinée-Bissau prévu lundi est annulé. Le médiateur Alpha Condé a estimé que les dernières décisions prises par la junte étaient trop graves - notamment la mise en place d'une transition de deux ans et la nomination d'un président de la République - pour être abordées lors de ce sommet restreint qui devait réunir à ses côtés les chefs d'Etat du Bénin, du Sénégal, de la Gambie et de la Sierra Leone.

Décision a été prise d'attendre le sommet de la Cédéao prévu jeudi 26 avril à Abidjan pour étudier la crise en Guinée-Bissau.
 

Etant donné que le sommet du 26 [avril regroupe l'ensemble des chefs d'Etat [de la Cédéao], c'est encore mieux de discuter en ces lieux pour prendre toutes les décisions qui puissent amener la junte de Guinée Bissau à revoir sa position.

Edouard Nyankoï Lamah, ministre guinéen des Affaires étrangères

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.