Accéder au contenu principal
MADAGASCAR

Madagascar : la plage où les deux Français ont été retrouvés morts réputée dangereuse

La plage de Tuléar, au sud-ouest de Madagascar, à quelques kilomètres de l'endroit où les deux Français ont été retrouvés morts..
La plage de Tuléar, au sud-ouest de Madagascar, à quelques kilomètres de l'endroit où les deux Français ont été retrouvés morts.. AFP PHOTO / ALEXANDER JOE
Texte par : RFI Suivre
3 mn

L'enquête sur le double-meurtre du couple français Gérald Fontaine et Johanna Delahaye se poursuit. Mardi 24 avril, l'un des quatre suspects mis en garde à vue a été libéré, mais la police affirme que d'autres personnes sont sur le point d'être arrêtées. Les deux Français, résidents de la ville de Tuléar dans le sud-ouest de Madagascar, étaient partis faire une promenade en quad sur une plage réputée très dangereuse, « la Batterie », où ils avaient leurs habitudes. Les Malgaches l'évitent en raison des superstitions locales et des risques d'agression. L'ancien directeur de l'Alliance française de Tuléar avait été laissé pour mort sur cette même plage, il y a deux mois.

Publicité

La plage de « la Batterie » fait plusieurs kilomètres de long sur 800 mètres de large de sable, sans un seul arbre. A quelques mètres de là où le corps de Johanna a été retrouvé, un pêcheur tient une pieuvre au bout d’un bâton. C’est l’un des rares pêcheurs à venir encore ici. Il a peur, mais il est là car il a faim. « Avant la mort de Gérald et Johanna, beaucoup de pêcheurs venaient ici, mais maintenant il n’y a plus personne », témoigne-t-il.

A l’office du tourisme de Tuléar, les doubles vitrage de fabrication chinoise finissent par étouffer le bruit de la rue. Pour son directeur, si la plage de la batterie est dangereuse, c’est parce qu’elle est déserte. « Ceux qui viennent là-bas seuls, ce sont des Français et des étrangers, ce qui nous étonne un peu vu qu’il n’y a personne. Les gens osent encore partir là-bas tous seuls. C’est une question de goût, mais moi je vois mal des Malgaches partir là-bas, sauf en groupe de dix ou vingt personnes. Ou des pêcheurs. C’est une zone qui n’est pas fréquentée parce qu’il n’y a que des dunes de sable. »

Sur la plage de la Batterie, il n’y a pas de maisons, pas de gargotes, pas de traces d’armes, d’alcool, de drogue ou de pneus de voitures. Il n’y a que la mer et des dunes de sable.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.