Accéder au contenu principal
CAMEROUN

Cameroun : l'ancien ministre Atangana Mebara acquitté

Jean-Marie Atangana Mebara, ancien ministre camerounais.
Jean-Marie Atangana Mebara, ancien ministre camerounais. UN Photo/Devra Berkowitz
Texte par : RFI Suivre
3 mn

L’ancien ministre Jean-Marie Atangana Mebara a été déclaré non-coupable ce jeudi 3 mai à Yaoundé. Celui qui a été notamment secrétaire général à la Présidence est incarcéré depuis 2008, accusé de détournements et tentative de détournements de deniers publics. Le tribunal l’a acquitté des charges qui pesaient contre lui pour « faits non établis ». C'est la première fois qu'un ministre arrêté dans le cadre de l'opération anti-corruption « Epervier » est acquitté. Mais il n'est pas encore totalement sorti d'affaire.

Publicité

Jean-Marie Atangana Mebara, écroué depuis 2008, a été acquitté des trois chefs d’inculpation qui pesaient contre lui, notamment la tentative de détournement de 29 millions de dollars, alors que, secrétaire général à la Présidence camerounaise, il était chargé de recouvrer cette somme initialement destinée à l’achat d’un nouvel avion présidentiel. Somme qui n’a jamais été versée à la compagnie Boeing.

Pour ce chef comme pour les deux autres, également relatifs à la même affaire dite « Albatros », les faits reprochés ont été jugés « non établis » par le tribunal présidé par le juge Gilbert Schlick. Tout au long des huit heures qu’aura duré la lecture du verdict, Atangana Mebara est apparu décontracté, au côté de ses deux co-accusés, Patrick Otélé Essomba, ex-directeur de société, et Gérôme Mendouga, ancien ambassadeur du Cameroun aux Etats-Unis.

Le seul moment d’émotion perceptible au cours de cette audience fleuve a été lorsque l’ancien ministre d’Etat, tout juste acquitté, a embrassé le diplomate septuagénaire dont la culpabilité venait d’être prononcée, le condamnant à dix ans de prison.

On ignore encore quand Jean-Marie Atangana Mebara quittera la prison centrale de Kondengui à Yaoundé où il est détenu depuis quatre ans. Selon maître Claude Assira, l’un de ses conseils, les formalités pour la levée d’écrou ont été entamées ce vendredi 4 mai.

Mais la partie n’est pas tout à fait gagnée pour l’ancien ministre. Deux chefs d’inculpation sont toujours en instruction pour la même affaire Albatros et pourraient le reconduire devant la justice.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.