Accéder au contenu principal
Cameroun

Cameroun: Jean-Marie Atangana Mebara sous le coup d’une nouvelle inculpation

Texte par : RFI Suivre
2 mn

La joie de Jean-Marie Atangana Mebara et de ses proches aura été de très courte durée. L’ancien secrétaire général de la présidence camerounaise reste en prison. Il a pourtant été déclaré non coupable de malversations ce jeudi 4 mai, et s'attendait à une sortie imminente. Mais il est désormais visé par un nouveau chef d'inculpation.

Publicité

Jean-Marie Atangana Mebara pourrait passer jusqu’à dix-huit mois supplémentaires en détention provisoire. Selon son conseil, il est cette fois accusé du détournement de quatre milliards de francs Cfa, une somme initialement destinée au paiement des arriérés de la Camair, la défunte compagnie aérienne nationale.

Une charge qui figurait déjà dans son dossier, explique maître Assira, mais que le juge d’instruction a revisité, pour garder coûte que coûte son client en prison, malgré son acquittement dans un premier procès jeudi 3 mai. « Nous demandons la récusation du juge pour manque d’impartialité, précise encore la défense, ainsi que l’annulation du mandat de détention provisoire pour irrégularités ».

Approché par RFI, le juge Pascal Magnaguémabé se retranche derrière le secret de l’instruction mais laisse toutefois entendre que ce chef d’inculpation n’est pas nouveau, que le prévenu n’a pas répondu à ses convocations, l’obligeant à l’inculper in extremis en prison.

Pour rappel, l’ancien ministre a été écroué en 2008, dans une affaire de détournement de deniers publics. Ce nouveau chef d’accusation vient s’ajouter à deux autres, toujours en instruction, et laisse présager d’un procès fleuve caractéristique de l’opération « Epervier ».

Campagne anti-corruption pour le pouvoir, instrument d’épuration politique pour ses nombreux détracteurs, « Epervier » a conduit pas moins de dix anciens ministres en prison. Il est à noter que l'ancien Premier ministre camerounais, Inoni Ephraïm, arrêté mi-avril, a lui aussi été inculpé dans l'affaire de détournements de deniers publics destinés à régler des arriérés de la Camair.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.