Accéder au contenu principal
Côte d’Ivoire / Sécurité

Côte d’Ivoire : le Conseil de sécurité de l’ONU évalue la mission de l’Onuci

Février 2012. Côte d'Ivoire, opération de désarmement.
Février 2012. Côte d'Ivoire, opération de désarmement. © Nations unies/Hien Macline
Texte par : Ursula Soares
6 mn

Une délégation du Conseil de sécurité de l’ONU est arrivée en Côte d’Ivoire, ce dimanche 20 mai au soir, pour une mission d’évaluation de la situation sécuritaire et humanitaire dans la région. La Côte d'Ivoire est la deuxième étape d'une tournée en Afrique de l'Ouest, après le Libéria. Le Conseil de sécurité de l’ONU entend redéfinir la mission de sa force présente en Côte d’Ivoire, l’Onuci.

Publicité

L'arrivée de cette délégation de l'ONU intervient plus d’un an après la crise post-électorale qui a plongé la Côte d’Ivoire dans un cycle de violences sans précédent et un an, jour pour jour, après l’investiture du président Alassane Ouattara.

La mission onusienne, qui comprend des représentants des 15 membres du Conseil de sécurité, est co-présidée par les ambassadeurs Kojo Menan (Togo) et Gérard Araud (France). Plusieurs rencontres ont eu lieu ce lundi 21 mai avec notamment le président de la République, le Premier ministre et le président de l'Assemblée nationale. Ainsi que l'a souligné, devant la presse, l’ambassadeur de France auprès de l’ONU, Gérard Araud, plusieurs sujets ont été soulevés tels « la justice pour les nombreuses victimes mais aussi la réconciliation nationale qui est indispensable ; la réforme du secteur de la sécurité, c'est-à-dire la création d’une armée, d’une police et d’une gendarmerie sous les ordres des autorités démocratiques mais aussi la démobilisation de tous les miliciens qui portaient des armes ».

Redéfinition de la mission de l’ONUCI

Le Conseil de sécurité de l’ONU entend redéfinir, avec les autorités ivoiriennes, la mission de sa force - près de 10 000 éléments, casques bleus, policiers et employés civils -  présente dans le pays. La mission de l’Onuci, actuellement « militaire », va évoluer pour se concentrer sur « des domaines comme la sécurité, la justice, le développement », a poursuivi Gérard Araud devant la presse. Reste toutefois à définir la forme et la durée du nouveau rôle de l’Onuci. La Côte d'Ivoire, de son côté, par la voix de son ministre des Affaires étrangères Daniel Kablan Duncan, a souligné l'importance de la mission des membres du Conseil de sécurité de l’ONU.

Nous voudrions remercier les membres du Conseil de sécurité de vouloir faire en sorte que la Côte d’Ivoire redevienne ce qu’elle a été...

Daniel Kablan Duncan

 
 « Il faut désarmer »
 
La délégation de l’ONU s’apprête également à rencontrer la société civile. La Ligue ivoirienne des droits de l'homme (LIDHO) note qu'il y a eu des améliorations au cours des derniers mois grâce à l'engagement du gouvernement. Cependant, l'organisation observe que la situation reste toujours préoccupante. La population est confrontée à un problème d’insécurité quotidien dû, en grande partie, aux délits commis par des hommes armés qui se revendiquent des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI) et qui sèment la terreur dans certaines régions.

Joint par RFI, René Hokou Legré, président de la LIDHO souligne l’importance du désarmement et de faire la distinction entre les éléments qui ont été retenus pour faire partie des FRCI et ceux qui ne l’ont pas été. Il invite ainsi les Nations unies à s'impliquer davantage aux côtés des autorités ivoiriennes pour une amélioration de la situation sécuritaire sur l'ensemble du territoire.

Il s’agit de désarmer...

René Hokou Legré

 

Les représentants des 15 membres du Conseil de sécurité partiront mardi matin pour l'ouest de la Côte d'Ivoire, avant de continuer leur séjour en Sierra Leone. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.