Accéder au contenu principal
RDC

RDC : la ville de Rutshuru est tombée aux mains du M23

Les rebelles du M23 n'ont rencontré aucune résistance.
Les rebelles du M23 n'ont rencontré aucune résistance. AFP PHOTO / MELANIE GOUBY
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En RDC, les rebelles du M23 ont pris la ville de Rutshuru au Nord-Kivu, dimanche 8 juillet, après avoir déjà occupé les localités avoisinantes ainsi que la centrale électrique de Mondo Gusto. Le gouvernement de Kinshasa a radié le général rebelle Bosco Ntaganda et continue de soupçonner le Rwanda d’aider le M23.

Publicité

C’est vers midi heure locale que plusieurs éléments du M23, soit quelques dizaines de combattants, ont pénétré dans Rutshuru-centre. La ville est tombée sans combat car il n’y avait plus aucune présence des forces gouvernementales. Celles-ci s’étaient déjà réfugiées dans d’autres localités environnantes. Selon des témoignages, les rebelles ont pris possession de la résidence du chef traditionnel de Rutshuru, Mwami Ndeze, qui serait, lui, réfugié à Goma.

Retrait immédiat, sauf pour Bunagana

Le matin, des rebelles avaient déjà occupé la localité de Ntamugenga avant de prendre possession de Mondo Gusto, la centrale qui alimente Rutshuru en électricité. Les localités de Kalengera, Kako, Rubare et Bugani sont également passées aux mains des combattants du M23. Samedi soir, Kinshasa avait accusé - sans le citer - le Rwanda de fournir hommes et matériels à la nouvelle rébellion. Sous la direction du président Kabila, le Conseil supérieur de la défense a également décrété la déchéance et la radiation du général rebelle Bosco Ntaganda, des colonels Makinda et Kazarama ainsi que de toutes les autres têtes d’affiche du M23.

Le colonel Sultani Makenga, chef des mutins du M23 a déclaré plus tard dans la journée de dimanche se retirer des localités prises. « Nous allons nous retirer et les laisser à
la Monusco
et à la police nationale. Mais nous allons garder Bunagana parce que nous devons éloigner nos ennemis de nos positions » , a-t-il précisé. « C'est le gouvernement de Kinshasa qui détermine s'il veut la paix, s'il veut cesser de nous combattre. S'ils veulent la guerre, ils continueront à nous attaquer et nous les poursuivrons », a-t-il ajouté.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.