Tunisie

La mère du héros de la révolution tunisienne Mohamed Bouazizi placée en détention

La mère de Mohamed Bouazizi devant un portrait de son fils.
La mère de Mohamed Bouazizi devant un portrait de son fils. REUTERS/Louafi Larbi

Depuis vendredi 13 juillet, Manoubia Bouazizi, mère du martyr de la révolution tunisienne Mohamed Bouazizi, est en détention préventive. Elle est accusée d'avoir agressé un jeune, alors qu'elle venait signer au tribunal de Sidi Bouzid des documents pour son indemnisation (due à la mort de son fils le 17 décembre 2010). L'immolation par le feu de Mohamed Bouazizi avait déclenché le soulèvement du pays, et plus largement, d'une partie du monde arabe.

Publicité

Une altercation avec un juge de Sidi Bouzid vaut à Manoubia Bouazizi son actuelle incarcération pour atteinte aux bonne mœurs. Sa détention préventive a été décidée par le procureur, le temps d'une enquête après une violente altercation verbale qui l'a opposée à un magistrat.

Sur les ondes d'une radio nationale, le juge Chokri Triffi explique avoir été copieusement insulté par la mère du martyr tunisien Mohamed Bouazizi. Cette dernière l'aurait empêché de rentrer dans le bureau du président du tribunal de Sidi Bouzid, menaçant d'incendier la salle, et usant d'expressions portant atteinte à sa dignité.

Version confirmée par des témoins, mais contestée par le fils de Mme Bouazizi. Selon Salem Bouazizi, sa mère a été poussée sans ménagement vers la sortie du tribunal alors qu'elle venait signer des documents pour toucher une indemnisation due aux familles des morts de la révolution.

« Elle a été humiliée, explique-t-il, les autorités doivent désormais apprendre à respecter les citoyens, nous n'allons pas nous laisser faire. » Figure nationale en Tunisie depuis l'immolation de son fils Mohamed, étincelle de la révolution le 17 décembre 2010, Manoubia Bouazizi et ses enfants n'habitent plus à Sidi Bouzid.

Après de nombreux différends avec les habitants de son quartier d'origine, ils sont installés à La Marsa, près Tunis, et ne comprennent pas le sort qui leur est aujourd'hui réservé.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail