Afghanistan

Un parlementaire et ancien chef de guerre tué dans un attentat-suicide en Afghanistan

Le parlementaire et ancien chef de guerre afghan Ahmed Khan Samangani a été tué dans un attentat-suicide le 14 juillet 2012.
Le parlementaire et ancien chef de guerre afghan Ahmed Khan Samangani a été tué dans un attentat-suicide le 14 juillet 2012. REUTERS/Afghan Parliament Press Office/Handout

Un attentat-suicide a tué un parlementaire afghan, ce samedi 14 juillet, et plus d'une vingtaine d'autres personnes lors d'un mariage dans la province de Samangan, dans le nord de l'Afghanistan. Au moins une trentaine de participants au mariage ont aussi été blessés dans cette attaque qui  n'a pas encore été revendiquée. Le parlementaire, Ahmed Khan Samangani, ancien chef de guerre qui avait combattu l'Union soviétique et les talibans, était un proche du leader de la communauté ouzbèke, le général Dostum.

Publicité

De notre correspondant à Kaboul, Nicolas Ropert

Les autorités de la province de Samangan ont annoncé ce samedi matin la mort d'Ahmed Khan Samangani. Cette figure locale et membre du Parlement avait pris les armes dans les années 1980, au moment de l'invasion soviétique en Afghanistan. Il avait ensuite résisté avec ses hommes contre les talibans dans les années 1990.

Samangani, ce chef de guerre d'origine ouzbèke, réputé et craint, était l'un des proches du général Dostum, leader militaire puis politique de la minorité ouzbèke dans le pays. L'attentat n'a pas été revendiqué pour le moment, mais les regards se tournent vers les talibans que Samangani avait combattu.

En tant qu'ancien moudjahidine, il avait beaucoup d'ennemis, confie le porte-parole du gouverneur provincial. Il est possible qu'avec cette attaque, ce soit le général Dostum qui soit visé, analyse de son côté un connaisseur du nord de l'Afghanistan.

Abdoul Rashid Dostum, l'un des opposants au président Hamid Karzaï, pourrait se lancer dans l'élection présidentielle ou au moins tenter de faire battre le candidat qui sera désigné par le président afghan, qui ne peut pas se représenter en 2014.

Cet attentat montre en tout cas la fragilité de l'Afghanistan. Le nord du pays, décrit comme plus calme, a subi de nombreuses attaques ces derniers mois.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail