Madagascar

Madagascar: mutinerie sur une base proche de l'aéroport

Des policiers s'approchant du camp militaire où s'est déroulé la mutinerie.
Des policiers s'approchant du camp militaire où s'est déroulé la mutinerie. AFP PHOTO / Andreea Campeanu

Des tirs ont été entendus ce dimanche 22 juillet en provenance de la base militaire d'Ivato proche de l'aéroport international d'Antananarivo. Ces violences interviennent alors que les deux principaux protagonistes de la crise malgache, l'ancien président déchu Marc Ravalomanana, 62 ans, et Andry Rajoelina, 38 ans, président de fait du régime de Transition, doivent en principe négocier au sommet mercredi aux Seychelles.

Publicité

Il y aurait deux morts et au moins deux blessés, selon le ministère des Forces armées. Les coups de feu ont commencé à retentir vers 6 heures du matin. La situation semblait calme dans la matinée, quelques tirs très sporadiques ont été entendus mais il n'y avait aucun mouvement aux abords du camp du 1er régiment des forces d'intervention, unité d'élite de l'armée. En début d'après-midi, des tirs nourris ont eu lieu lors de la reprise des combats  sur la base.

Des négociations ont eu lieu avec les mutins, selon le ministère des Forces armées.
Le camp, qui se trouve à côté de l'aéroport international d'Ivato est encerclé, des barrages légers limitent l'accès des véhicules à environ un kilomètre à la ronde.

À la tête de la mutinerie, selon le ministère des Forces armées, il y a le caporal Koto Mainty, surnommé « Black ». Il s'agit de l'ancien garde du corps du général Noël Rakotonandrasana, aujourd'hui en prison.

Ancien ministre des Forces armées, le général avait participé à une mutinerie en novembre 2010 dans une autre base adjacente à l'aéroport, la base aéronavale d'Ivato (Bani).

Le caporal serait à la tête d'un groupe de militaires, essentiellement de jeunes recrues. Les mutins se sont emparés de l'armurerie du camp. Aucune déclaration, aucune revendication n'a pour l'instant été effectuée, et dans le centre-ville la situation est calme.

Plusieurs mutineries depuis 2009

De manière générale depuis 2009, plusieurs mutineries ont déjà éclaté, avec en arrière plan des revendications politiques. En 2010, on se souvient par exemple de la mutinerie qui avait eu lieu sur la base voisine, juste à côté de l’aéroport également.

Aujourd’hui, il s’agit d’un autre camp qui jouxte aussi l’aéroport international. Mais les mutins n’ont pas fait de déclaration publique et on ne connaît pas exactement leurs motivations, même si cette mutinerie intervient la veille de la rencontre très attendue entre le président de transition, Rajoelina, et l’ancien président Ravalomanana. Une rencontre qui aura lieu aux Seychelles, et où les deux hommes sont censés trouver une accord sur la sortie de crise qui mine le pays depuis trois ans.

L’aéroport n’est pas fermé, certains vols sont maintenus pour cet après-midi.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail