Mali

Mali: le président Dioncounda Traoré est arrivé sous haute protection à Bamako

Le président par intérim Dioncounda Traoré (c) aux côtés du Premier ministre Cheik Modibo Diarra (g), à l’aéroport de Bamako, le 27 juillet 2012.
Le président par intérim Dioncounda Traoré (c) aux côtés du Premier ministre Cheik Modibo Diarra (g), à l’aéroport de Bamako, le 27 juillet 2012. Photo AFP / Habibou Kouyate

Dioncounda Traoré est finalement rentré ce vendredi après-midi 27 juillet dans son pays, après plus de deux mois d'absence. Il se faisait soigner à Paris après avoir été violement agressé le 21 mai dernier. Le président par intérim a dit « pardonner à ses agresseurs ». Le président malien est enfin de retour chez lui où l'attend une tâche immense, à commencer par la formation d'un nouveau gouvernement de large union.

Publicité

Les premiers mots du président Dioncounda Traoré, au micro de notre correspondant à Bamako

Pour l'accueil à l’aéroport de Bamako, le dispositif de sécurité a été impressionnant. On a par exemple vu postés sur les toits des bâtiments des hommes de la brigade anticriminelle cagoulés, et, sur la piste, des éléments de la Garde nationale, la poitrine bombée à cause du gilet pare-balles qu’ils portaient.

Dioncouda Traoré est descendu de l’avion dans un costume strict avec un air de force tranquille. Il a été accueilli par le Premier ministre malien, le chef de l’ex-junte. Le capitaine Amadou Sanogo était aussi à l’aéroport mais pas sur la piste d’accueil. A une journaliste, il a d’ailleurs lancé : « Je suis venu accueillir mon président. »

Dès sa descente d’avion, Dioncounda Traoré a salué les couleurs et a passé les troupes en revue. Il a marché sans difficulté vers les salons de l’aéroport de Bamako où il a notamment rencontré les journalistes.

Sur son état de santé, le président a déclaré : « Mon état de santé s’améliore tous les jours et vous pouvez constater que je me porte bien. » Sur la situation dans son pays Dioncounda Traoré a reconnu que le « le Mali traverse une période très difficile. Le peuple malien a soif d’unité. » Il donnera les grandes lignes de son programme immédiat dimanche lors d’une allocution radio-télévisée.

Un retour salué dans les pays voisins

Laurent Fabius : «La situation au Mali est une situation sérieuse et même préoccupante»

Le retour de Dioncounda Traoré à Bamako, il en a été question lors des différents entretiens qu'a eu ce vendredi le ministre français des affaires étrangères en tournée dans le Sahel [NDLR: vendredi Niamey, Ouagadougou et Dakar]. A Ouagadougou, Laurent Fabius a rencontré le président burkinabè Blaise Compaoré, médiateur de la CEDEAO dans la crise malienne et son envoyé spécial, Djibril Bassolé. Ce dernier a rappelé que la Communauté ouest-africaine considérait Dioncounda Traoré comme la pièce maîtresse de la transition. La Cédéao qui n'a pas été sollicitée, dit-il, pour garantir la sécurité du président intérimaire malien...
 

... et les chefs d’Etats ont voulu faire de lui la cheville ouvrière de la transition. Je pense que s’il a pris la décision de rentrer, c’est précisément parce qu’il est convaincu que les conditions de sécurité sont maximales pour lui… il n’a pas souhaité se faire escorter ou accompagner par les forces de la CEDEAO…

Djibril Bassolé : «Le président Dioncounda représente la légalité...»

Un retour salué aussi par les Etats-Unis ; c'est un «pas important» vers le rétablissment d'un gouvernement démocratique au Mali selon le département d'Etat.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail