Ghana / Décès

Grande émotion au Ghana avant la fin des funérailles de John Atta-Mills

Longue file d'attente pour rendre hommage à l'ex-président ghanéen, John Atta-Mills, devant le Parlement, à Accra, le 9 août 2012.
Longue file d'attente pour rendre hommage à l'ex-président ghanéen, John Atta-Mills, devant le Parlement, à Accra, le 9 août 2012. REUTERS/Yaw Bibini

Le Ghana est en deuil national depuis la mort, le 24 juillet dernier, du président John Evans Atta-Mills. L'enterrement aura lieu ce vendredi 10 août 2012 au matin et on y attend de nombreuses délégations étrangères, Hillary Clinton, Yamina Benguigui, tous les présidents de la Cédéao et bien d'autres encore. Le corps du « Professeur » est exposé depuis hier au State House, le siège du gouvernement, à Accra. L'occasion pour des milliers de Ghanéens de rendre un dernier hommage à leur président.

Publicité

Les boubous et tee-shirts rouges et noirs forment une longue procession vers la salle du banquet, où le corps de John Evans Atta-Mills est exposé. Le quartier est bouclé tant la foule est nombreuse. Tous attendent depuis de longues heures comme Laurencia, qui a fait plus de 200 kilomètres tôt le matin pour venir à Accra.

« Je l'aime, lance-t-elle. C'est un père. J'ai fait toute la route depuis Sekondi-Takoradi pour rendre un dernier hommage à mon père. C'est un homme de paix. Quand il est arrivé au pouvoir, il ne s'est pas débarrassé des gens de l'opposition qui étaient déjà là, il ne les a pas discriminés, ils ont travaillé ensemble. »

L'héritage de la paix

Tous mettent un point d'honneur à rendre cette dernière visite à leur président, même si l'hommage se fait au pas de course. John Evans Atta-Mills laisse un héritage précieux dans cette région : la paix.

« Si vous regardez nos voisins : la Côte d'Ivoire, le Mali, ils se battent tous, juge un homme. Mais au Ghana, c'est du jamais vu, notre président est mort à 14 heures, et dans les six heures nous avions un nouveau président. Donc notre démocratie s'épanouit, c'est un grand espoir pour l'Afrique. »

Les Ghanéens pouvaient encore faire leurs adieux dans la soirée puisque la veillée était prévue jusqu'à minuit. Vendredi matin ce sera au tour des officiels, avant la levée du corps. Un dernier hommage retransmis sur plusieurs écrans géants dans la capitale.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail